L'expérience contrastée du «cours le matin, sport l'après-midi»

le
0
Les élèves qui participent au programme «cours le matin, sport l'après-midi» se sentent «mieux dans leur corps», sont plus «autonomes» mais n'améliorent pas de façon sensible leurs résultats scolaires.

Des élèves qui se sentent «mieux dans leur corps», qui sont plus «autonomes» mais qui n'améliorent pas de façon sensible leurs résultats scolaires. Ce sont les premières conséquences étudiées de l'expérience «cours le matin, sport l'après-midi» menée depuis 2010 par 120 collèges et lycées volontaires. Ces derniers expérimentent une organisation du temps différente. Le principe est de dégager d'importantes plages de pratique sportive pendant la journée, la pratique régulière du sport étant censée «contribuer à la réussite des élèves ainsi qu'à l'amélioration de leur bien-être et de leur santé», selon le ministère de l'Éducation nationale, qui a souhaité encourager cette organisation dans le cadre du débat national sur les rythmes scolaires.

L'apprentissage de l'esprit d'équipe, du goût de l'effort doit aussi permettre de prévenir les violences à l'école. Selon une note de la Direction des statistiques du ministère (Depp) publiée le 30 dé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant