L'exil fiscal des hauts revenus en hausse de 10 % en 2014

le
2
Les Français choisissent majoritairement le Royaume-Uni pour s'expatrier.
Les Français choisissent majoritairement le Royaume-Uni pour s'expatrier.

Une augmentation à nuancer, le nombre de départs des contribuables les plus fortunés, des redevables de l’ISF et des chefs d’entreprises ayant diminué entre 2013 et 2014.

Le nombre de contribuables aux revenus supérieurs à 100 000 euros ayant quitté la France pour s’installer à l’étranger a augmenté de 10 % en 2014, selon le rapport annuel du ministère des finances. Publiées depuis 2012 et remontant jusqu’à 2007, les données de Bercy ont été remises au Parlement mercredi 23 novembre, et le quotidien Les Echos en a pris connaissance.

Selon le rapport, remis au président de la commission des finances de l’Assemblée nationale Gilles Carrez (Les Républicains), l’administration fiscale a enregistré plus de 4 100 départs parmi ces résidents fiscaux les plus aisés, contre 3 744 un an plus tôt. Ce nombre est en hausse depuis 2007, avec une accélération dès 2011. Au total, l’expatriation concerne 0,6 % des foyers gagnant plus de 100 000 euros.

A l’inverse, les données de Bercy prouvent que les départs de contribuables les plus fortunés, au sein de cet ensemble, se sont ralentis entre 2013 et 2014, seuls 589 foyers gagnants 300 000 euros et plus ayant quitté le pays en 2014, contre 659 un an plus tôt. Les départs concernent près de 1 % des contribuables les plus fortunés. En 2014, la France a perdu 127 foyers dont le revenu est supérieur à 700 000 euros.

Parmi les contribuables assujettis à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), les départs ont également légèrement baissé, passant de 815 à 784 sur un an, alors qu’ils avaient augmenté de 10 % à 20 % par an depuis 2011, rappelle le quotidien économique. Ces exodes privent le gouvernement de 15...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m1234592 il y a 2 semaines

    et ce qui est parti ne revient pas sauf exception héritage, divorce etc encore une faillite de socialiste malgré les bons mots de l'incompétent sinistre

  • goufio2 il y a 2 semaines

    J'ai beaucoup goûté le dernier paragraphe. Puisque le journaleux a fait un article avec la complicité de l'administration fiscale, pourquoi conclure sur l'argument fiscal ? Qui est, de plus, spécieux car les réductions d'impôts n'ont touché que les petits revenus. En résumé les Français à hauts revenus sont contants de leur situation fiscale, je pense qu'il faudrait revoir à la hausse leur imposition LOL. A partir de 100.000 euros on paie environ 70% de pression fiscale (IR, PS, TF, TH, IPV, ISF