L'exil fiscal continue malgré un recul du départ des ISF

le
26
L'EXIL FISCAL CONTINUE
L'EXIL FISCAL CONTINUE

PARIS (Reuters) - L'exil fiscal des contribuables dont le revenu dépasse 100.000 euros par an s'est poursuivi en France en 2014, avec une hausse de 10% des départs, selon le rapport annuel du ministère des Finances qui pointe toutefois une baisse des départs des foyers assujettis à l'impôt sur la fortune (ISF).

Plus de 4.100 départs de foyers gagnant plus de 100.000 euros par an ont été enregistrés en 2014, contre 3.744 en 2013, selon ce rapport transmis au président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, Gilles Carrez, et dont les données sont révélées jeudi par Les Echos.

Mais pour le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert ces chiffres ne sont pas forcément imputables au niveau de la taxation en France.

"Aujourd'hui les gens sont plus mobiles", a-t-il déclaré jeudi matin sur Franceinfo en précisant qu'"il y a 45.000 contribuables qui partent de France tous les ans".

Ces plus de 4.100 départs de ménages aisés représentent donc "un très faible pourcentage", a-t-il ajouté.

Le nombre de départs est en revanche en légère baisse chez les contribuables dont le revenu est supérieur à 300.000 euros.

En 2014, ils ont été 589 à quitter le territoire contre 659 en 2013.

Chez les contribuables assujettis à l'ISF, le nombre de départs a aussi légèrement reculé en 2014 passant de 815 à 784, et le nombre de retours a augmenté (300 en 2014 contre 225 en 2013).

Dans cette catégorie, il y a "autour de 800 personnes qui partent mais il y en a environ 300 qui reviennent aussi", a souligné Christian Eckert.

A l'inverse, la France a perdu 127 foyers gagnant plus de 700.000 euros en un an.

Enfin, concernant les contribuables visés par "l'exit-tax", le nombre de départs s'est stabilisé en 2014 autour de 400 (399) contre 437 en 2013.

Cet impôt, instauré en avril 2012 mais s'appliquant à compter de mars 2011, vise à imposer les revenus du patrimoine des contribuables aisés cherchant à s'expatrier pour échapper à l'impôt en France.

(Marine Pennetier, édité par Myriam Rivet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 25 nov 2016 à 09:34

    Pour 445566zm : la mère Thatcher a connu exactement la même problématique, elle a tenu bon moyennant effectivement des perturbations intenses dans les transports. Aujourd'hui les trains sont privatisés en GB, le problème est REGLE. Suffit de tenir 3 mois.....

  • 445566ZM le jeudi 24 nov 2016 à 14:13

    Vous savez "frk987", la droite n'ose pas appliquer son programme, parce que les syndicats attendent l'arme au pied, et la grève de métro et du rer c'est un cauchemar des gouvernants. En mai les deux syndicats ont bloqué les raffineries, et certaines zones industrielles, bientôt ils auront un vrai ennemi.

  • Pathor le jeudi 24 nov 2016 à 11:48

    frk, c'est bien l'un des problèmes de ce pays, l'instabilité fiscale. Le rapport avec l'argent des français, leur manque total de culture économique, font que les 3/4 des Français sont pour le maintien de cet impôt même si on leur explique qu'il est contre-productif !

  • frk987 le jeudi 24 nov 2016 à 11:41

    La droite a toujours refusé d'appliquer un programme de droite, c'est là tout simplement son handicap (bricolage sur l'ISF, ministres d'ouverture), la gauche, par contre applique un programme de gauche dans la droite ligne stalinienne. C'est ce qui fait sa force.

  • frk987 le jeudi 24 nov 2016 à 11:39

    Exact Pathor, mais il avait suffisamment baissé le seuil (mais pas assez) pour déjà éliminer la majeure partie des redevables. Par contre ce fut un niaiserie de ne l'avoir supprimé complétement, car ce sont les plus riches qui créent le plus d'emplois. Et puis avec les socialos de retour...cette mesure n'aurait servi à RIEN. Il faut une décision pérenne dans le temps, on ne va pas supprimer l'ISF pour 5 ans pour le doubler ensuite......

  • Pathor le jeudi 24 nov 2016 à 11:33

    M999, oui, mais hélas pas uniquement de gauche, rappelez vous Sarko qui était convaincu que cet impôt était inutile mais qu'il fallait le conserver car les français y sont attachés pour des raisons de principe !

  • remymar3 le jeudi 24 nov 2016 à 11:24

    plantez des s.ocialistes il poussera des impôts et vous récolterez la misère...

  • M999141 le jeudi 24 nov 2016 à 11:02

    Quelle bêtise qu'un impôt punitif et idéologique, qui nuit bien plus au pays qu'il ne lui rapporte. Les élus le savent mais ce qu'il coûte n'est pas grave puisque ça flatte l'électeur. Il est le symbole d'un personnel politique de gauche désespérant.

  • Pathor le jeudi 24 nov 2016 à 11:02

    Il y a longtemps maintenant que des économistes Francais et etrangers ont démontrés que l'isf était contre productif, il coûte plus que ce qu'il rapporte.Mais les Français ont un sérieux problème avec l'argent, ils ne supportent pas la réussite sociale (des autres), la richesse (des autres), le voisin qui a une plus grosse voiture que la leur....."il faut faire payer les riches" ..."même si ça nous coûte des sous !" sur ce plan le Francais est vraiment très c.. :-)

  • frk987 le jeudi 24 nov 2016 à 11:01

    4000 départs signifient concrètement un minimum de 4000 chômeurs supplémentaires par le licenciement de femmes de ménage, de jardiniers, de garde d'enfants.......