L'exil à risque en Égypte des réfugiés syriens

le
0
REPORTAGE - Comme plus de 200.000 de leurs compatriotes qui ont fuit la Syrie pour l'Egypte, Mamoun et les siens pensaient trouver la paix au Caire. Ce n'est plus le cas depuis le coup d'État du 3 juillet: les réfugiés sont étiquetés pro-Morsi et ne sont plus les bienvenus.

Le Caire

D'un geste lent, Mamoun soulève ses manches, révélant deux entailles à chaque bras. Étendue sur le canapé d'un appartement de Guizeh, derrière les Pyramides, sa jambe droite porte aussi la marque d'une longue cicatrice. Ironie du destin: c'est en Égypte, «Oum al Dounia» («Mère du Monde»), terre d'exil de plus de 200.000 syriens, que le fugitif, rescapé des geôles de Bachar el-Assad, a frôlé la mort. «Une histoire de dingues», dit-il, encore sonné.

Ce 7 août, en pleine offensive de l'armée contre les partisans de l'ancien président islamiste Mohammed Morsi, Mamoun monte dans un bus quand il voit six jeunes fumer. Il s'approche et leur demande poliment d'éteind...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant