L'exécutif face à la « répétition infernale » du terrorisme

le
0
Francois Hollande, Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault devant le minist§re des affaires étrangères, le 16 juillet.
Francois Hollande, Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault devant le minist§re des affaires étrangères, le 16 juillet.

La succession des attaques oblige le gouvernement à des contorsions et des changements de stratégie pour éviter de les banaliser. Mais il doit aussi rester ferme afin d’éviter les attaques de l’opposition, médiatiquement omniprésente.

Il avait rêvé d’un autre été, qui devait débuter par une victoire des Bleus à l’Euro de football, se poursuivre par la fin de l’état d’urgence annoncée le 14 juillet, et s’étirer doucement jusqu’en septembre sur fond de baisse du chômage et de cadeaux fiscaux. Mais la succession des actes terroristes a eu raison des espoirs de François Hollande, qui voit la fin de son quinquennat se teinter bien malgré lui d’une coloration sécuritaire. « On sait que dans dix ans, quand on repensera aux éléments structurants de ce quinquennat, tout le monde parlera du terrorisme, on ne l’avait pas prévu mais c’est comme ça », explique, fataliste, l’un de ses conseillers.

Davantage que les attentats pris un à un, c’est l’impression de répétition infernale qui est difficile à gérer pour l’exécutif. Comment renouveler à chaque fois le discours, quand il n’y a plus de mesures à annoncer et que tous les mots ont déjà été employés pour qualifier les terroristes ? Après les attentats de janvier 2015, le gouvernement avait lancé la loi renseignement, votée au printemps. A la suite du– novembre, le chef de l’Etat avait décrété l’état d’urgence, lancé la procédure sur la déchéance de nationalité – qui avait finalement échoué –, et mis sur les rails une nouvelle loi antiterroriste, promulguée le 3 juin.

Cinq jours avant l’assassinat du père Jacques Hamel, la loi prorogeant l’état d’urgence du 21 juillet élargissait encore les pouvoirs des forces de l’ordre. Las, l’exécutif ne veut pas, cette fois-ci,...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant