L'ex-usine FagorBrandt (400 salariés) en redressement judiciaire

le
1
L'ex-usine FagorBrandt (400 salariés) en redressement judiciaire
L'ex-usine FagorBrandt (400 salariés) en redressement judiciaire

Un redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois. La société SITL, ex-usine lyonnaise d'électroménager FagorBrandt, en cessation de paiement, s'est vu accorder un petit sursis, durant lequel l'Etat soutiendra la recherche de repreneurs du fabriquant de lave-linge et de voitures électriques.

«C'est un soulagement évidemment, mais nous serons vraiment rassurés quand nous aurons l'assurance d'un redémarrage de l'ensemble des activités de SITL et en particulier celle des lave-linge, qui emploie plus de 300 salariés (sur les 409 du site, ndlr)», a déclaré un membre de l'intersyndicale CFE-CGC-CGT-FO-SUD, à l'issue de l'audience au tribunal de commerce de Lyon. 

Selon le syndicaliste, la période de chômage partiel, concernant une grande majorité des salariés depuis le mois d'octobre, a été prolongée «jusqu'au 17 janvier». Un comité d'entreprise (CE) doit se tenir vendredi prochain à 9 heures. Le ministère du Redressement productif, dans un communiqué, a également précisé qu'il avait «demandé au préfet du Rhône de recevoir les organisations syndicales pour leur faire part des processus en cours et ouvrir dès à présent une cellule de reclassement par départ volontaire». 

Les salaires non versés

Vendredi 27 décembre, le dirigeant de l'entreprise, Pierre Millet avait déposé une déclaration de cessation de paiement au tribunal de commerce, dans l'espoir d'un redressement judiciaire.La situation est devenue critique pour SITL, qui, en plus de la fabrication de lave-linge, s'était lancée dans la construction de voitures électriques. La société avait signalé mi-décembre ne pas être en mesure de payer les salaires de décembre.

Pour l'heure, «On n'a perçu qu'une partie de notre salaire de mois-ci, celle correspondant à la période de chômage partiel. Pour le reste, la situation doit normalement se régulariser dans les jours à venir», précise un syndicaliste.

La Société ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M250378 le jeudi 2 jan 2014 à 22:11

    Et une de plus sur la liste des RJ !