L'ex-urgentiste Bonnemaison jugé en appel

le
2

Le procès en appel de l'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison, accusé "d'empoisonnement" de sept patients âgés en phase terminale, et acquitté en premier ressort à Pau, s'est ouvert lundi 12 octobre devant la Cour d'assises du Maine-et-Loire. Durée: 01:06

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le lundi 12 oct 2015 à 17:51

    Vous estimez que vous ne pourriez pas continuer à vivre si vous perdiez un/deux bras ? Du coup, vous alle mettre dans vos directives anticipées que vous voule qu'on ne fasse pas d'acharnement thérapeut. sur vous. OK. Sauf que dans la _réalité_, quand on perd un bras (voire deux), eh bien les deux jambes qui restent nous semblent précieuses !!! On ne peut pas anticiper de ce qu'on pensera dans une situation. C'est croire en l'absolue pérennité des idées. Seuls les matérialistes bornés y croient.

  • lm123457 le lundi 12 oct 2015 à 17:48

    Incroyable : ce mec tue des gens dont il estime que la vie ne vaut pas le coût (coup ?) d'être vécue et il s'étonne d'aller en assises ? Mais il faut faire _taire_ les gens pour le droit de mourir DD (ADMDD) qui veulent que ce "droit à", typique de la gauche consumériste, soit à l'égal du droit à gagner le SMIC. Je dis plus haut un des (nombreux) trucs qu'ils n'ont pas compris et que m'a expliqué une infirmière.