L'ex-président colombien Alvaro Uribe dans la ligne de mire de WikiLeaks

le
0
Des câbles montrent sa soumission à Washington.

De Bogota.

Alors que le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, bracelet électronique au poignet, demeure en résidence surveillée dans la campagne anglaise, c'est au tour de l'ex-président colombien, Alvaro Uribe, d'être mis en difficulté par les documents secrets américains filtrés par le célèbre hacker.

Dimanche 20 février, le directeur du quotidien El Espectador, Fidel Cano, racontait dans ses colonnes comment il s'était vu remettre en Angleterre, lors d'une réunion avec Julian Assange, une clé USB contenant quelque 16.000 télégrammes diplomatiques concernant la Colombie et le Venezuela. La plupart sont datés de 2006 et émanent de l'ambassade américaine à Bogota. Ils offrent un éclairage nouveau sur les relations entre les États-Unis et l'ex-président Alvaro Uribe. Et, surtout, sur l'intromission de Washington dans les affaires colombiennes.

 

Des révélations étalées sur un an

 

Relations entre mafia et politique, corruption du régime, détails s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant