L'ex-policier blanchi dans l'affaire de Chevaline mis en examen

le
0

LYON (Reuters) - L'ancien policier municipal placé en garde à vue mardi dans l'affaire de la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie) a été mis en examen samedi pour trafic d'armes en bande organisée, a-t-on appris de source judiciaire.

Il a été placé sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de quitter le territoire français, mais est ressorti libre du palais de justice d'Annecy.

Il n'est en revanche pas poursuivi dans le cadre de l'enquête sur la tuerie de Chevaline en 2012, qui lui a valu mardi son interpellation et son placement en garde à vue.

Un deuxième Haut-savoyard, relation de l'ancien policier municipal également interpellé mardi, devrait à son tour être mis en examen pour les mêmes chefs dans la journée. Ils sont soupçonnés tous deux d'avoir organisé un trafic d'armes anciennes.

Lors des perquisitions effectuées au domicile et dans la belle-famille de l'ex-policier, les gendarmes sont tombés sur un arsenal comprenant notamment une quarantaine armes datant de la seconde guerre mondiale.

Cet homme avait été ciblé par les enquêteurs pour sa ressemblance avec le portrait robot d'un motard aperçu le 5 septembre 2012 à proximité de la scène de crime à Chevaline, où quatre personnes, dont trois Britanniques, ont été abattues.

Ni le casque du motard, à fermeture latérale, ni l'arme du crime n'ont été retrouvées.

Catherine Lagrange, édité par Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant