L'ex-dirigeant chinois dément s'être fait offrir une villa sur la Côte d'Azur

le
0
L'ex-dirigeant chinois dément s'être fait offrir une villa sur la Côte d'Azur
L'ex-dirigeant chinois dément s'être fait offrir une villa sur la Côte d'Azur

La Côte d'Azur et ses villas pour milliardaires s'est invitée ce jeudi au procès pour corruption de l'ancien haut dirigeant chinois Bo Xilai qui vient de s'ouvrir à Jinan (est de la Chine).

Fils d'un compagnon de Mao, ancien chef tout puissant du Parti communiste de Chongqing, récemment pressenti pour accéder au comité permanent du bureau politique, le saint des saints du pouvoir à Pékin, Bo Xilai, 64 ans, est aujourd'hui mis en cause dans la plus grave affaires politico-financières mise au jour ces dernières décennies en Chine.

La femme de Bo Xilai condamnée à mort avec sursis

Ce «prince rouge», détenu depuis 17 mois, boit le calice jusqu'à la lie après que son ancien bras droit et chef de la police de Chongqing, Wang Lijun, a tenté de trouver refuge au consulat américain de Chengdu début 2012. Depuis l'épouse de l'ancien hiérarque, Gu Kailai, a été condamnée à la peine du mort avec sursis pour sa participation à l'assassinat d'un homme d'affaire britannique, Neil Heywood.

Amaigri et légèrement voûté mais trés combattif, Bo Xilai, le crâne dégarni aux tempes poivre et se a affirmé jeudi à son procès «tout ignorer» d'une villa sise dans l'un des quartiers les plus prisés de Cannes (sud-est de la France) et qu'il aurait selon le procureur reçue en pot-de-vin.

VIDEO. Chine: Bo Xilai apparaît combatif dans son procès très orchestré

Une résidence de 2 étages dans le quartier des milliardaires

Émergeant sur une colline plantée de pins majestueux, cette résidence de deux étages, à la façade ornée de bougainvillées, a longtemps été gérée par des proches de Bo, sans que lui-même apparaisse directement dans les statuts de propriété.

«Je ne suis absolument pas au courant (de cette villa) et il s'agit d'une affaire montée de toutes pièces», a affirmé M. Bo en réponse à une question. Le procureur a assuré au contraire disposer de «beaucoup de preuves» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant