L'ex-chef nationaliste corse Charles Pieri en garde à vue

le
0
L'ANCIEN DIRIGEANT NATIONALISTE CHARLES PIERI EN GARDE À VUE
L'ANCIEN DIRIGEANT NATIONALISTE CHARLES PIERI EN GARDE À VUE

AJACCIO (Reuters) - L'ancien dirigeant nationaliste Charles Pieri et son fils Christophe ont été placés en garde à vue mardi, respectivement à Ajaccio et à Bastia, après la découverte d'armes à leurs domiciles, a-t-on appris de sources policières.

Les deux hommes ont été interpellés par les enquêteurs de la police judiciaire dans le cadre d'une commission rogatoire du juge antiterroriste Gilbert Thiel instruisant le dossier de l'attentat de la sous-préfecture de Corte en 2012.

Deux jeunes hommes ont été mis en examen dans ce dossier et placés en détention provisoire en juin. Le petit-fils de Charles Pieri, âgé d'une vingtaine d'années et en fuite, est activement recherché dans cette affaire.

"Les enquêteurs se sont présentés au domicile du grand-père du fuyard à Sotta, en Corse-du-Sud et à celui de son oncle, à Prunelli di Fiumorbu, sur la plaine orientale de l'île, pensant qu'il pouvait s'y trouver", a indiqué une source policière.

Lors de ces perquisitions, plusieurs armes ont été découvertes, ce qui pourrait déclencher l'ouverture d'une procédure pour infraction à la législation sur les armes, passible de quatre ans d'emprisonnement.

"A moins que les armes ne mènent sur une autre piste, les charges pesant contre les Pieri ne relèvent pas pour l'heure de l'antiterrorisme mais du droit commun", précise une source judiciaire.

Charles Pieri, âgé de 63 ans, est un ancien dirigeant du Front de libération nationale de la Corse (FLNC). Il a été condamné en 2007 à 8 ans de prison pour extorsion et abus de bien sociaux. Il a écopé en 2011 d'un an de prison pour non respect du contrôle judiciaire auquel il était astreint qui lui interdisait de retourner en Corse.

Son fils, Christophe Pieri, âgée de 43 ans est un militant actif de Corsica Libera. Il a été condamné en 2006 pour extorsion de fonds. Il a échappé à une tentative d'assassinat cet hiver en février à la sortie d'un bar de Migliacciaru.

Roger Nicoli, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant