L'ex-chef économiste de la BCE tance la gestion de la crise

le
0
Après avoir démissionné de l'institution ce vendredi, Jürgen Stark estime que la crise des dettes a atteint un niveau critique. Il appelle à réformer les dispositifs de décision et de sanctions pour regagner la confiance des marchés.

Il veut tout faire pour que les Bourses européennes reprennent confiance, mais ironie du sort, sa démission les plonge dans le rouge. Après avoir quitté son poste de membre du directoire et chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE) ce vendredi, Jürgen Stark appelle à repenser drastiquement la gestion de la crise des dettes dans une tribune au quotidien allemand Handelsblatt. D'après lui, «un saut qualitatif» est nécessaire «au niveau européen» pour renforcer la cadre institutionnel.

Plus précisément, il prône «une large réforme des mécanismes de décision et des sanctions» dans la zone euro, pour assurer une meilleure coordination efficace des politiques économiques et financières. Il y a urgence, selon lui, évoquant une «situation où les risques pesant sur les budgets publics sapent la stabilité financière».

Des dissensions au sein de la BCE

Surtout, il se refuse à toute relance de la croissance via de nouvelles dépenses publiques. «Un sti

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant