L'évolution tactique de Lamela, malgré les préjugés anglais

le
0
L'évolution tactique de Lamela, malgré les préjugés anglais
L'évolution tactique de Lamela, malgré les préjugés anglais

Arrivé à Londres à la toute fin de l'été 2013 pour prendre en charge les responsabilités offensives de Gareth Bale, Erik Lamela a mis du temps à s'adapter à la Premier League. Après avoir subi l'instabilité des blessures et des changements de coach, l'Argentin tente encore de justifier les 35 millions d'euros investis sur son pied gauche. Mais entre l'influence de Christian Eriksen et les exigences du 4-2-3-1, Mauricio Pocchettino n'a pas encore réussi à exploiter son immense potentiel.

La scène a lieu à Buenos Aires en 2004. Alors qu'Erik Lamela n'a que 12 ans et que Leo Messi est encore un secret bien gardé, le FC Barcelone part chercher le gaucher de River avec 120 000 euros annuels, une maison et un travail pour ses deux parents en Catalogne. Dans un look improbable, longue queue de cheval et bandeau dans les cheveux autour de traits de fillette, Lamela vient de marquer 120 buts en une saison. Devant les caméras de Trans World Sport, " El Coco " se raconte : " Je suis né pour jouer au football. Peut-être bien qu'on m'a appris à jouer, mais tout le monde est né pour faire quelque chose, et moi c'est le football. J'aime bien que tout le monde me regarde. Je suis un garçon différent de tous les autres. " River Plate prend son temps pour faire l'effort financier suffisant pour conserver sa pépite, mais Lamela ne tarde pas à trouver le mot : il est déjà " un joueur différent ". Un milieu technique qui ne participe pas beaucoup à l'élaboration, et un attaquant qui sait tout faire mais a du mal à se montrer décisif. Sur le terrain, de Buenos Aires à Londres en passant par Rome, Lamela a ainsi montré des choses différentes. Sa rabona en Europa League pour les Spurs, des accélérations à la Robben pour la Roma, mais aussi de longues disparitions.

Cappa : " Avec le temps, je me dis que c'est un attaquant "
Alors qu'il devient rapidement la star du centre de formation de River, Néstor Gorosito – entraîneur du Millo en 2009 – le qualifie de " 10 qui marque des buts ". Mais à 17 ans comme aujourd'hui, Lamela est plus rapide que sa vision du jeu. Ángel Cappa prend la tête de l'équipe première de River en avril 2010, et Lamela s'impose dans le onze titulaire avec le numéro 10 d'Ariel Ortega et de Pablo Aimar. L'entraîneur à la moustache raconte : " Il était puissant, rapide et très technique. Le vrai problème, ce n'était ni le talent ni la qualité : il fallait lui trouver la bonne position sur le terrain alors que lui-même à cet âge-là continuait à évoluer et à se connaître. Il jouait milieu avec moi, souvent à gauche, parfois en tant que " enganche " (numéro 10, ndlr.), mais toujours au milieu. En fait, avec le...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant