L'évolution de Gareth Bale racontée par ceux qui l'ont côtoyé

le
0
L'évolution de Gareth Bale racontée par ceux qui l'ont côtoyé
L'évolution de Gareth Bale racontée par ceux qui l'ont côtoyé

Si le pays de Galles s'apprête d'ores et déjà à disputer un quart de finale d'Euro historique face à la Belgique, c'est en grande partie grâce à un Gareth Bale qui ne cesse de marcher sur l'eau. Un homme façonné à Southampton, révélé à Tottenham et qui contemple désormais les étoiles au Real Madrid. Formateurs, coéquipiers et adversaires racontent celui qui est devenu le porte-étendard de toute une nation à la fierté retrouvée.

Southampton (1999-2007)


Rod Ruddick, recruteur des Saints depuis 1985 :
"La première fois que j'ai vu Gareth Bale jouer, il devait avoir quelque chose comme huit ans. Je l'ai vu lors d'un tournoi de six contre six, au mois d'août, à Newport, dans la banlieue de Cardiff. Ce genre de tournoi, je peux y aller cent fois et ne rien trouver. Mais là, je vois ce garçon, rapide et gaucher. Gareth m'a comme sauté aux yeux. Il a toujours été bon techniquement, rapide. C'était un jeune homme très réservé. Je n'ai pas été surpris quand il a été élu meilleur joueur de Premier League en 2011. J'étais très heureux pour lui. À mon sens, il avait tout pour devenir un grand joueur au très haut niveau."

Georges Prost, son formateur et ancien responsable des U18 chez les Saints (2002-2006)
"La première fois que je l'ai vu, il était en U13. Il évoluait en tant que latéral gauche, mais se comportait comme un arrière-ailier. Ce qui m'a frappé à l'époque, c'était son activité débordante. Elle était très intéressante, notamment sur le plan du volume. Il avait deux qualités principales : l'endurance et la vitesse. Il avait déjà ce don au départ qu'il a travaillé et amélioré. Puis il avait également cette patte gauche. On dit souvent que les gauchers sont toujours un peu plus adroits que les droitiers plus jeunes, c'était le cas avec lui. Dès qu'il a eu quinze ans, j'ai demandé à ce qu'on me l'amène pour que je le fasse travailler. Pour moi, c'était un sujet intéressant. Techniquement, il était déjà doué. À l'entraînement, il avait cette envie de travailler, de progresser sans cesse. C'était un gamin enthousiaste, toujours avec le sourire. Je pense que mes séances d'entraînement, qui…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant