L'évacuation de l'Akademik Chokalski terminée

le
1
FIN DE L'OPÉRATION D?ÉVACUATION DE L'AKADEMIK CHOKALSKI
FIN DE L'OPÉRATION D?ÉVACUATION DE L'AKADEMIK CHOKALSKI

par Maggie Lu Yueyang

SYDNEY (Reuters) - Un hélicoptère chinois a pu porter secours jeudi aux 52 passagers de l'Akademik Chokalski, un navire russe prisonnier des glaces de l'Antarctique depuis neuf jours, a annoncé le chef de l'expédition.

L'appareil, acheminé à bord du brise-glace chinois Xue Long (Dragon des Neiges), a transféré en plusieurs voyages les passagers sur l'Aurora Australis, un brise-glace australien croisant à proximité.

"L'hélicoptère chinois est arrivé jusqu'au Chokalski. On part! Un grand merci à tous", a déclaré Chris Turney, climatologue australien à l'origine de l'expédition, sur son compte Twitter.

Il a expliqué que les conditions météo s'étaient suffisamment améliorées pour organiser le sauvetage après plusieurs jours de tempêtes de neige et de brouillard.

"Nous sommes arrivés sains et saufs sur l'Aurora Australis", a-t-il ensuite ajouté.

Il a régulièrement donné des informations permettant de suivre l'opération de sauvetage à partir de vidéos et de photos sur son compte Twitter.

En revanche, les 22 membres de l'équipage de l'Akademik Chokalski ont prévu de rester à bord du navire jusqu'à ce qu'il soit libéré des glaces, rapporte le New York Times.

L'atterrissage de l'hélicoptère chinois a été filmé par des chaînes de télévision, qui ont montré l'embarquement d'un premier groupe de 12 passagers.

Chris Turney a ensuite publié une courte vidéo d'un deuxième décollage de l'hélicoptère. Ses sept photos montrent des passagers sanglés dans de lourdes parkas, entrant dans l'hélicoptère sur fond de congères se détachant dans un ciel bleu sans nuage.

L'Akademik Chokalski avait quitté la Nouvelle-Zélande le 28 novembre pour une expédition organisée à l'occasion du 100e anniversaire du voyage polaire de l'explorateur australien Douglas Mawson en Antarctique.

Il s'est retrouvé piégé par les glaces le 24 décembre, à une centaine de milles nautiques de la base française Dumont D'Urville et à 1.500 milles au sud de la Tasmanie.

Le navire chinois était arrivé en vue du navire russe samedi mais n'avait pu se frayer un chemin à travers la couche de glace, épaisse de plus de trois mètres en certains endroits.

Deux autres bâtiments, l'Aurora Australis et un navire français, avaient également tenté de se porter au secours de l'Akademik Chokalski mais n'avaient pas réussi à atteindre le navire, en raison des vents forts et de la neige épaisse.

Jean-Stéphane Brosse, Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Eric Faye

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Gary.83 le jeudi 2 jan 2014 à 19:03

    bravo !! voilà un bonne nouvelle ! pendant que notre ministre des armées chante la Madelon en Afrique, en buvant des coups, ça fait cher le réveillon du-con !