L'Europe veut tirer les leçons de sa myopie

le
0
La fuite de Ben Ali pouvait passer pour un cas isolé, la révolte contre Moubarak signale une tendance.

Derrière les appels convenus au calme et aux réformes politiques, l'UE et ses vingt-sept ministres des Affaires étrangères vont lancer lundi à huis clos un débat difficile sur «les leçons apprises» face à la dissolution du statu quo dans le monde arabe.

L'incendie égyptien occulte la Tunisie, qui devait dominer le rendez-vous diplomatique à Bruxelles. Six semaines après l'étincelle à Sidi Bouzid, la gestion du dossier tunisien suffit à illustrer l'inertie de l'Europe dans la région. C'est aujourd'hui seulement que les Vingt-Sept doivent officiellement décider d'un gel des avoirs du clan Ben Ali, plus de dix jours après la Suisse. Et ce sont les États-Unis qui ont ravi la vedette à l'UE en dépêchant les premiers leur sous-secrétaire d'État, Jeffrey Feltman, à Tunis.

 

Réforme de la diplomatie déclicate

 

Pour l'Égypte, l'Europe institutionnelle est restée privée de ligne claire jusqu'à ce que Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et David Cameron se décide

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant