L'Europe s'inquiète du peu de progrès faits par Athènes 

le
0
Les experts de la Commission européenne, du FMI et de la BCE ont quitté la Grèce et donné dix jours au gouvernement pour faire avancer les réformes. À Bruxelles, on tente d'éteindre le feu.

La Grèce va devoir mettre les bouchées doubles pour convaincre la communauté internationale de lui verser la sixième tranche de son plan d'aide. En quittant Athènes, les experts de la Commission européenne, du FMI et de la BCE ont donné un répit de dix jours aux autorités pour «conclure les travaux techniques liés au budget 2012 et aux réformes structurelles en faveur de la croissance», selon un communiqué publié ce vendredi.

À Bruxelles, on assure que le dialogue n'est pas rompu et que le contretemps n'a rien de dramatique. Lors de sa précédente mission déjà, la troïka avait dû interrompre sa mission, mise à mal par les exigences du FMI sur la lisibilité des finances grecques à douze mois. Cela n'avait pas empêché le versement de la tranche d'aide.

Calendrier serré

La tâche pourtant semble énorme. «Clairement, le travail prévu n'est pas finalisé», souligne une source européenne, et il n'est de ce fait «pas possible» pour la troïka d'entamer son

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant