L'Europe s'en prend aux ruses fiscales des multinationales

le
0
Sur le secret bancaire, l'UE se heurte toujours à la résistance du Luxembourg et de l'Autriche.

Il n'y a pas que l'épargne cachée au Luxembourg et les comptes numérotés en Suisse. Les firmes transnationales comme Google, Apple ou Starbucks et leur art consommé de déplacer les profits là où l'impôt est minimum se sont retrouvés mercredi dans le collimateur des dirigeants européens, lors d'un sommet voué à la lutte contre la fraude fiscale.

Des deux côtés de l'Atlantique, l'«optimisation» fiscale pratiquée par les grandes entreprises et le manque-à-gagner qu'elle inflige aux trésors nationaux mobilisent les capitales. Mercredi à Bruxelles, David Cameron et François ­Hollande se sont retrouvés sur la même ligne. «Seul l'action internationale peut garantir que les entreprises paient l'impôt là où il est dû», lance le Britannique. Le Français ajoute: «il faut aller chercher l'argent là où il se cache (...) pour les entreprises comme pour les particuliers»...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant