L'Europe s'attaque au chômage des jeunes, avec de maigres moyens

le
8
L'EUROPE VEUT RÉSORBER LE CHÔMAGE DES JEUNES
L'EUROPE VEUT RÉSORBER LE CHÔMAGE DES JEUNES

PARIS (Reuters) - Paris, Rome et Berlin ont peaufiné mardi à Paris des initiatives communes visant à résorber le chômage des jeunes, qui touche plus de sept millions de personnes en Europe, mais les fonds disponibles ne sont pas à la hauteur du défi.

Les dirigeants tentent de coordonner l'application d'un fonds européen de six milliards d'euros consacré à ce fléau, élevé au rang de priorité par l'Union européenne.

Le thème a dominé une réunion à l'Elysée réunissant les ministres allemands et français des Finances et du Travail - Wolfgang Schäuble et Ursula von der Leyen côté allemand, Pierre Moscovici et Michel Sapin côté français -, rejoints par le ministre du Travail italien, Enrico Giovannini.

"Aller vite est le premier objectif quand il y a urgence, et il y a urgence pour l'emploi des jeunes", a déclaré François Hollande en début de journée lors d'un colloque organisé par l'Institut Berggruen à Sciences Po Paris.

Mais dans cette même enceinte, le président de la Banque européenne d'investissement, Werner Hoyer, a fait part de son scepticisme étant donné la faiblesse des moyens sur la table - six milliards d'euros prévus dans le budget européen 2014-2020, soit une centaine d'euros par an pour chaque jeune chômeur.

"Ces six milliards pour la garantie pour les jeunes contre le chômage, c'est formidable, mais étant donné l'ampleur du problème, c'est une goutte d'eau dans l'océan, il faut qu'il y ait un démultiplicateur à l'aide de prêts et d'investissements", a-t-il estimé.

"Il faut être honnête, les choses ne vont pas pouvoir se résoudre si facilement que cela, il n'y a pas une seule solution et il n'y a pas le coup de baguette magique qui va résoudre tous les problèmes", a ajouté le dirigeant, qui plaide pour une politique ciblée sur l'emploi des jeunes dans les petites et moyennes entreprises.

"NIVEAUX INSUPPORTABLES"

En préambule de la réunion de l'Elysée, François Hollande a lui-même souligné la nécessité d'accélérer les procédures contre un chômage qui "atteint des niveaux insupportables dans beaucoup de pays".

"Tous les instruments sont sur la table sur le plan européen. Ce qu'il convient de faire maintenant, c'est de les mobiliser, et le plus tôt possible", a-t-il dit, évoquant les six milliards d'euros engagés, la garantie promettant une aide aux jeunes sans emploi ni formation depuis plus de quatre mois, la mobilisation des fonds structurels et ceux de la Banque européenne d'investissement.

François Hollande en débattra dans la soirée avec Mariano Rajoy, chef du gouvernement en Espagne, où plus de 50% des jeunes sont au chômage - contre 40% au Portugal et 64% en Grèce.

Selon des chiffres officiels, 7,5 millions d'Européens âgés de 15 à 24 ans sont sans emploi et/ou sans formation ni diplôme. Le taux de chômage des jeunes Européens a atteint 23,6% en janvier, soit plus du double que celui des adultes.

"Nous devons venir au secours d'une génération entière de jeunes qui ont peur. Nous avons une génération entière de jeunes bien éduqués et nous les laissons de côté. Ce n'est pas acceptable", a déclaré Enrico Giovannini à Paris.

Pour Wolfgang Schäuble, il en va de la crédibilité de l'action européenne. "Nous devons gagner notre bataille contre le chômage des jeunes, sinon nous perdrons la bataille de l'unité en Europe", a-t-il souligné.

La réflexion doit aboutir le 3 juillet à Berlin lors d'une réunion des ministres du Travail et de l'Emploi des Vingt-Sept, présidée par Angela Merkel en présence de François Hollande, dans la foulée d'un Conseil européen.

En France, où le chômage touche environ un quart des moins de 25 ans, un séminaire sur l'emploi est organisé mercredi à l'Elysée, avant une visite sur deux jours de François Hollande sur ce thème à Rodez (Aveyron) et Castres (Tarn).

Elizabeth Pineau, avec Jean-Baptiste Vey, Nicholas Vinocur et Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 28 mai 2013 à 18:55

    Ma foi, je ne sais pas ce qu'il en est en Espagne, au Portugal et en Italie, mais ce dont je suis sûr c'est qu'un jeune bien formé (employable, donc) n'a aucun problème de travail ni de salaire en France. Le problème, c'est les illettrés inemployables (Educ Nat : + 150 000 par an, immigration itou) ... :(

  • hgourg le mardi 28 mai 2013 à 18:47

    Le jeune à Sciences Po ... Franchement, le probleme n'est pas là. Pourquoi les jeunes en Allemagne ne connaissent pas autant le chomage ... Peut etre parce qu'ils ne font pas Sciences Po ou l'ENA et ont des dirigeants qui font plus et parlent moins !

  • jpdeniel le mardi 28 mai 2013 à 18:24

    et ce mec à la légion d'honneur ... et tout et tout .... je suis vraiment foutu ... j'y arriverai jamais !!

  • jpdeniel le mardi 28 mai 2013 à 17:23

    ça fait 30 ans que j'entends les mêmes trucs au petit dej .... les allemands on un excellent système d'apprentissage .... si seulement ... je ne prenais pas de petit dej .....

  • knbskin le mardi 28 mai 2013 à 17:11

    Bah ! De toutes façons les Allemands s'en fichent : chez eux, les jeunes bossent : il sont formés ... ;)

  • frk987 le mardi 28 mai 2013 à 16:48

    Toujours le doigt en l'air......le mariage pour tous l'a contaminé.

  • 35924358 le mardi 28 mai 2013 à 16:38

    Les jeunes ont effectivement de maigres moyens :)

  • juin22 le mardi 28 mai 2013 à 15:45

    que fait-il avec son index en l'air, il vat encore faire pleuvoir ? avec lui, c'est toujours le déluge. il pleut depuis un an, au sens propre comme au figuré.