L'Europe prépare ses banques à un choc sur la dette grecque

le
0
Paris, s'alignant sur Berlin, envisage d'entrer au capital des groupes financiers, à défaut d'apports privés suffisants.

Les responsables politiques européens semblent enfin sur le point d'accorder leurs violons sur le cas grec et les mesures à prendre pour tenter de résister à une contagion. Cette perspective d'un consensus lors sommet du 23 octobre a avivé les espoirs des marcéhs financiers, mercredi.

Le signal est venu de Paris, où le gouvernement est sorti du bois sur la délicate question de la recapitalisation des banques par des fonds publics. «Nous n'avons aucun doute sur la solidité des banques françaises mais il existe des turbulences sur les marchés financiers qui font que l'augmentation des capitaux des banques européennes est devenue une nécessité», a concédé Valérie Pécresse, la ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.

Si Bercy privilégie toujours une recapitalisation par «l'apport de capitaux privés», la ministre a reconnu que la France était disposée à injecter elle-même de l'argent public pour soutenir ses banques. Mais uniquement «si c'est nécessa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant