L'Europe ne vole pas au secours de Khodorkovski

le
0
La Cour européenne des droits de l'homme considère que la condamnation de l'ex-tycoon russe n'est pas politique.

Du fond de sa cellule moscovite, Mikhaïl Khodorkovski a reçu, mardi, un maigre coup de pouce de la justice internationale. La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a reconnu la Russie coupable de huit infractions relatives aux conditions d'interpellation et de détention préventive de 2003 à 2005, de l'ancien oligarque. La haute juridiction de Strasbourg a néanmoins refusé, comme le souhaitait les plaignants, de voir un «motif politique» derrière la décision des autorités judiciaires russes.

Vol de pétrole et blanchiment d'argent

C'est durant cette période, trois ans après l'arrivée de Vladimir Poutine au Kremlin, que l'ancien patron de la compagnie pétrolière avait été accusé d'escroquerie et d'évasion fiscale, puis condamné, en 2005, à 8 ans de camp. Le 24 décembre 2010, Mikhaïl Khodorkovski écopait de six années supplémentaires, cette fois pour vol de pétrole et blanchiment d'argent. Mardi, la Cour s'est concentrée sur la genèse de l'affaire,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant