L'Europe ne souhaite pas une "Grexit", déclare Varoufakis

le , mis à jour à 10:36
4

LONDRES, 13 juin (Reuters) - Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, affirme ne pas croire que les partenaires européens de la Grèce laisseront son pays sortir de la zone euro au moment où Athènes tente de conclure un accord avec ses créanciers avant la date du 30 juin. Interrogé sur la possibilité de voir la Grèce abandonner la monnaie commune européenne, Varoufakis a déclaré à la BBC qu'il ne pensait pas qu'un seul dirigeant européen souhaitait voir cette option se réaliser. "Je ne pense pas qu'il y ait un seul responsable européen sensé qui souhaite prendre ce risque", a-t-il affirmé. Interrogé pour savoir s'il estimait que l'Union européenne et le Fonds monétaire international "bluffaient" dans les négociations, il a ajouté: "j'espère que c'est le cas". La Grèce doit trouver un terrain d'entente avec ses bailleurs de fonds avant le 30 juin, date de l'expiration du plan d'aide international en cours et d'une échéance de 1,6 milliard d'euros de dettes à régler au FMI. ID:nL5N0YY36L Les Européens pressent le gouvernement du Premier ministre Alexis Tsipras d'agir mais ce dernier semblait plutôt optimiste vendredi de un accord d'ici à la réunion des ministres des Finances de la zone euro du 18 juin. (Costas Pitas; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlcbnb le samedi 13 juin 2015 à 11:37

    en fait il négocie son grexit

  • M5859377 le samedi 13 juin 2015 à 11:36

    boudet : la grece est le seul pays de la zone euro à avoir un excédent primaire: a quel prix? 25 % de chute du pib en 4 ans:meme en temps de guerre on n'atteind pas ces chiffres; samaras est un traitre a sa parteie : tsipras c'est de gaulle pour les grecs!

  • boudet le samedi 13 juin 2015 à 11:02

    Un hair cut comme vous le dites n'a de sens que si le pays ne vit plus à crédit. Et c'est le sens des demandes du FMI et de l'Europe. Que Varoufakis soit un joueur, c'est son problème, mais il s'en mordra les doigts si comme je le pense, il n'y a pas de bluff dans les demandes qui ne vise qu'à supprimer à terme les déficits chroniques d'un pays qui vit dangereusement depuis trop longtemps.

  • M5859377 le samedi 13 juin 2015 à 10:55

    la pôlitique d'austérité mortifère mise en place en grèce depuis 2011 a accentué le pb de la dette et a provoqué un cataclysme social: les "experts" du fmi le reconnaissent et pourtant ils poursuivent à réclamer des "ajustements" qui ne feraient qu'empirer cle cercle vicieux (austérité, chute du pib, , ratio dette/pib qui monte); seul un hair cut de 50% nettoiera définitivement le pb: tout le reste est de la littérature.

Partenaires Taux