L'Europe ne participera pas à la guerre des monnaies

le
0
Le Japon s'est officiellement engagé à faire baisser sa devise. Il est désormais à craindre que ce soit essentiellement l'Europe qui en fasse les frais.

Alors que le nouveau premier ministre japonais Shinzo Abe s'est donné comme objectif officiel de faire baisser le yen, relançant une véritable guerre des monnaies, la question est désormais posée: que vont faire l'Europe et les États-Unis? Mario Draghi a donné la réponse au nom de la zone euro, et elle tient en un mot: rien.

«Je ne fais jamais de commentaires sur les taux de change», a déclaré le président de la Banque centrale européenne à l'occasion de sa conférence de presse mensuelle, ce jeudi à Francfort. Ces deux dernières semaines, le yen a fortement reculé vis à vis du dollar et de l'euro.

Mario Draghi en a profité pour préciser la doctrine traditionnelle de la BCE: «Le taux de change est important pour la stabilité des prix, mais ce n'est pas un objectif de notre politique», a-t-il insisté...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant