«L'Europe n'a plus à avoir peur de l'Italie»

le
0
INTERVIEW - Le président du Conseil italien se félicite du «flegme tout britannique» avec lequel ses compatriotes ont accepté des «mesures très lourdes» pour faire face à la crise et répondre aux exigences de Bruxelles. » «Je reçois un soutien considérable de Silvio Berlusconi»

Avant son déjeuner vendredi à Paris avec François Fillon, suivi d'entretiens avec Nicolas Sarkozy, l'économiste et ancien commissaire européen Mario Monti développe sa vision de l'Europe, dans sa première grande interview internationale depuis son investiture à la présidence du Conseil le 18 novembre dernier.

Le FIGARO.- À quoi attribuez-vous l'attaque massive et brutale des marchés contre l'économie italienne l'été dernier, alors que les indices économiques étaient plutôt bons?

Mario MONTI.- Nos «fondamentaux» sont effectivement bons, sinon très bons. L'Italie n'a pas connu le grand boom immobilier de l'Espagne ou le grand boom financier de l'Irlande qui se sont révélés très néfastes. Les ménages italiens ont un taux d'épargne réelle très élevé. Ils ont peu recours à l'endettement. Le secteur bancaire s'est tenu à l'écart des opérations financières très sophistiquées qui ont affecté le monde anglo-saxon. La crise de l'économie réelle a été moi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant