L'Europe modèle d'organisation et objet de suspicion pour les pays émergents

le
0

La réunion, vendredi et samedi, des grands argentiers du G20 -ministres des finances et gouverneurs de banques centrales- vaudra moins par ses résultats concrets que par le climat des discussions qui risquent d'être tendues. Le ministre des Finances du Brésil Guido Mantega a d'ores et déjà annoncé qu'il était «totalement opposé à un mécanisme de contrôle des prix des matières premières». L'approche française consistant à lutter contre la volatilité des cours, au nom des populations les plus pauvres, est perçue comme malthusienne par le Brésil. Brasilia, qui se positionne comme «la ferme du monde», considère que la seule réponse aux pénuries est d'augmenter les productions et de remettre en cause les subventions des pays riches à leurs agriculteurs.

Par ailleurs, l'Europe, lanterne rouge de la croissance mondiale, se trouve affaiblie en raison même de la crise des dettes souveraines. Lors d'une réunion préparatoire du G20, au niveau des «deputies» (les d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant