L' Europe du Nord arrive en tête du classement extra-financier de la FIDH

le
0

(NEWSManagers.com) - Des pays d' Europe du Nord occupent les trois premières places du

classement des 28 Etats membres de l' Union européenne établi par la

Fédération internationale des ligues des droits de l' Homme (FIDH) au

regard de 67 indicateurs de droits humains et de 17 indicateurs

environnementaux. La Suède arrive en tête, devant la Finlande et le

Danemark. Viennent ensuite la Slovénie, puis la France. En queue de

classement, on retrouve trois pays d' Europe du Sud : la Grèce, Chypre et

Malte.

L' étude " Les États Membres de l' UE sous surveillance " se

veut un guide pratique pour les investisseurs sur les marchés

obligataires, et a pour objectif de les encourager à investir dans des

États respectueux des droits humains.

Tous les deux ans, la FIDH évalue les États à l' aune

d' indicateurs actualisés sur la base des dernières législations

internationales et sources d' information pertinentes. Les critères

analysés sont : l' égalité hommes/femmes et les droits des femmes, la

lutte contre toutes les discriminations, les droits des migrants et des

réfugiés, la corruption et la gouvernance, la cohésion sociale et les

droits économiques et sociaux, le système judiciaire, la liberté

d' expression et le droit à l' information, les droits des migrants et des

réfugiés, la promotion de la justice internationale et des droits

humains, l' aide au développement et les contributions financières à

l' ONU, le contrôle des armements, la promotion de la responsabilité des

entreprises qui opèrent à l' étranger et la protection de l' environnement

Cette étude est réalisée dans le cadre de Libertés &

Solidarité, la Sicav éthique et de partage de la FIDH. Créée en 2001 par

la FIDH, La Poste, la Caisse des dépôts et la Macif, Libertés &

Solidarité permet aux investisseurs de concilier leurs attentes

financières avec leurs aspirations éthiques, grâce à des titres

sélectionnés sur des critères de droits humains définis par la FIDH, et

un engagement solidaire, via le partage de la moitié des revenus

distribuables avec la FIDH.

Le classement de l' étude permet à La

Banque Postale Asset Management (LBPAM), qui gère Libertés &

Solidarité, de sélectionner les émetteurs d' obligations parmi les 15

États les mieux notés par la FIDH au regard des droits humains. Les pays

classés de 1 à 5 représentent au moins 50% de la poche obligataire du

fonds. Les pays classés de 6 à 10 et de 11 à 15 en composent

respectivement 30% et 20%.

Par ailleurs, avec cette recherche

menée en collaboration avec des chercheurs de l' université d' Essex, au

Royaume-Uni, la FIDH souhaite également appeler les institutions

européennes et nationales à mieux mesurer les impacts des États sur les

droits humains. L' étude révèle en effet que les États manquent de

systèmes de collecte des données leur permettant de mesurer le respect

de leurs obligations internationales en matière de droits humains,

notamment dans plusieurs domaines-clés comme la protection de la vie

privée à l' ère numérique ou la lutte contre les discriminations

raciales.

Jean-François Tardiveau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant