L'Europe devrait sortir de la récession fin 2012, selon S&P

le
3
LA RÉCESSION EN EUROPE POURRAIT DURER JUSQU'AU 3E TRIMESTRE, SELON STANDARD & POOR'S
LA RÉCESSION EN EUROPE POURRAIT DURER JUSQU'AU 3E TRIMESTRE, SELON STANDARD & POOR'S

PARIS (Reuters) - La récession que traverse actuellement l'Europe se prolongera probablement jusqu'au troisième trimestre, mais l'économie de la région pourrait légèrement rebondir à la fin de l'année et en 2013, estime Standard & Poor's.

Dans un rapport publié mercredi intitulé "Pas de voie rapide pour sortir de la récession en Europe", l'agence de notation estime que le PIB de la zone euro stagnera sur l'ensemble de l'année 2012 et progressera de 1,0% en 2013.

"L'Allemagne et d'autres pays clés du nord de la zone euro devraient connaître une croissance atone de leur produit intérieur brut (PIB) cette année, tandis que leurs voisins du sud - l'Italie, l'Espagne et le Portugal - devraient connaître une franche récession", déclare Jean-Michel Six, chef économiste de S&P pour l'Europe et le Moyen-Orient.

Le PIB de l'Allemagne progresserait de 0,6% cette année et de 1,5% en 2013, contre 0,5% et 1,0% en France comme en Grande-Bretagne.

L'Italie et l'Espagne devraient connaître une contraction de 1,5% cette année, l'économie italienne stagnant en 2013 et l'économie espagnole reculant de 0,5%.

S&P note qu'une croissance progressive de la demande des marchés émergents devrait constituer un facteur de soutien, au vu de l'assouplissement continu des politiques monétaires de la plupart de ces pays.

L'agence de notation souligne par ailleurs que les ménages pourraient puiser dans leur épargne et ainsi soutenir la consommation dans les pays du coeur de la zone euro, notamment en France et en Allemagne.

S&P salue enfin l'impact des deux injections de liquidité à trois ans et à taux réduit de la Banque centrale européenne (BCE) opérées depuis décembre, notant que celles-ci "semblent avoir fait stimulé la confiance des investisseurs, comme l'atteste le récent resserrement des écarts de rendements des obligations souveraines de la région".

Natalie Huet et Jean-Baptiste Vey, avec Bureau de Bangalore

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • geraldmu le mercredi 4 avr 2012 à 14:30

    Si S&P dit quelque chose, gagez que ce sera le contraire qui se passera. Il n'y aucune raison pour que la récession faiblisse, surtout si les français sont assez bêtes pour élire Hollande. Si la France s'enrhume, c'est toute la zone euro qui est malade.

  • wanda6 le mercredi 4 avr 2012 à 14:02

    "semblent avoir fait stimulé la confiance des investisseurs, comme l'atteste le récent resserrement des écarts de rendements des obligations souveraines de la région". : C'est la confiance des citoyens qu'il faut stimuler !

  • axel1239 le mercredi 4 avr 2012 à 12:03

    je suis septique avec tous les plans d'austérité qui se mettent en place ou qui se renforcent.