« L'Europe courtise les Anglais et nous méprise »

le
0

Athènes (Grèce)

 

L'anniversaire n'a pas été célébré. Il y a un an, le 5 juillet 2015, les Grecs organisaient leur référendum sur les mesures d'austérité voulues par les créanciers européens. Le verdict des urnes n'avait alors laissé place à aucune ambiguïté : plus de 61 % des électeurs avaient voté « oxi », un grand non qui mettait alors le pays sur la voie du Grexit. Pourtant, quelques jours plus tard, le 13 juillet, sous la pression de Bruxelles, le Premier ministre, Alexis Tsipras, décidait de passer outre ce résultat pour faire appliquer le plan de rigueur. « Un déni de démocratie », avaient alors pensé des Grecs en colère contre les institutions européennes. Un sentiment renforcé à l'issue du Brexit, le référendum par lequel les Britanniques se sont prononcés en faveur d'une sortie de l'Union européenne le 23 juin.

 

« Pourquoi sont-ils pris au sérieux alors que personne ne nous a entendus ? » s'interroge Gaia, 46 ans, cadre dans une entreprise de télécommunications. « C'est humiliant, ça donne l'impression d'une Europe à deux vitesses. Et la Grèce est visiblement en deuxième division, elle doit se soumettre aux volontés des grands pays, c'est injuste. » Selon Andreas, 29 ans, « l'Europe courtise les Anglais et méprise les Grecs ». Ce jeune architecte avait voté non aux mesures d'austérité sans pour autant vouloir sortir de la zone euro, comme l'immense majorité de la population. « Nous sommes attachés à l'Europe, mais on subit un chantage permanent, Bruxelles menace systématiquement de nous exclure dès qu'on s'oppose à telle ou telle réforme. Alors qu'ils font tout pour retenir les Anglais qui, eux, veulent claquer la porte ! »

 

Si le Brexit est venu piquer au vif l'orgueil des Grecs, ses conséquences politiques en rassurent aussi certains. « Au Royaume-Uni, l'avenir semble très flou, personne ne sait vraiment où va le pays », estime Dimitris, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant