L'Europe a pesé sur le semestre de Saint-Gobain

le
0

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Saint-Gobain a confirmé mercredi son objectif d'une amélioration au second semestre de son résultat d'exploitation, ressorti en baisse de 15,7% sur la première moitié de l'année à cause de la faiblesse persistantes des volumes en Europe.

Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction a dégagé au premier semestre un résultat d'exploitation de 1,26 milliard d'euros.

"La poursuite du redressement de la construction aux Etats-Unis et le retour à la croissance de nos activités en pays émergents n'ont pas suffi à compenser le ralentissement général de l'environnement économique européen," a commenté Pierre-André de Chalendar, PDG du groupe, cité dans le communiqué.

"Comme annoncé précédemment, nous anticipons pour le second semestre une amélioration progressive de notre activité sur les bases déjà observées au deuxième trimestre."

Le groupe compte pour cela sur son programme d'économies, dont il a attend 280 millions d'euros de réduction de coûts au second semestre après 300 millions au premier.

Pour faire face au ralentissement de la demande en vitrage, notamment pour le secteur automobile, le groupe a notamment arrêté quatre lignes de production de verre de base en Europe, deux en Corée et une en Chine, et annoncé la fermeture d'une usine de verre automobile en Belgique.

En France, le groupe a également réduit l'activité dans des usines de fenêtres de l'enseigne Lapeyre.

Saint-Gobain, qui se recentre actuellement sur les métiers de l'habitat, a cédé la partie nord-américaine de son activité de conditionnement en verre Verallia après l'abandon d'un projet d'introduction en Bourse de la totalité de l'activité en pleine crise financière à l'été 2011.

L'autorité américaine de la concurrence a suspendu au début du mois la cession de Verallia North America, mais Pierre-André de Chalendar s'est dit confiant de pouvoir clore l'opération d'ici la fin de l'année. Il n'a pas voulu dire en revanche quelles réponses il apportera aux objections de la FTC.

"Concernant le reste de Verallia (...) et (...) sa sortie du groupe, j'ai toujours dit que toutes les options étaient ouvertes", a répondu Pierre-André de Chalendar à une question sur un retour de l'introduction en Bourse. "Il est trop tôt pour moi pour vous en dire plus."

Saint-Gobain, qui doit présenter d'ici la fin de l'année un nouveau plan stratégique assorti d'objectifs à moyen terme, a clôturé à la Bourse de Paris en hausse de 1,92% à 33,98 euros avant cette publication.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant