L'Eurogroupe n'a pas particulièrement discuté du budget français

le
3
L'EUROGROUPE N'A PAS PARTICULIÈREMENT DISCUTÉ DU BUDGET FRANÇAIS
L'EUROGROUPE N'A PAS PARTICULIÈREMENT DISCUTÉ DU BUDGET FRANÇAIS

BRUXELLES (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro n'ont pas discuté particulièrement du programme budgétaire de la France, a déclaré vendredi le président de l'Eurogroupe, ajoutant toutefois que Paris devait comme les autres respecter les dispositions de l'Union européenne en la matière.

Suivant ces dispositions figurant dans le Pacte de stabilité et de croissance, la France devait plafonner son déficit budgétaire à 3% du PIB - soit la limite maximale autorisée - d'ici 2015. Mais le ministre des Finances Michel Sapin a annoncé mercredi que l'objectif ne serait atteint qu'en 2017.

"Le budget français n'a pas été évoqué en particulier", a déclaré Jeroen Dijsselbloem en conférence de presse. "L'opinion générale est que le Pacte de stabilité et de croissance doit représenter un point d'ancrage de la confiance dans l'UE il y a un sens de la responsabilité clair, qui est qu'il faut préserver la crédibilité gagnée au prix d'un dur labeur durant la crise", a-t-il ajouté.

"De ce fait, nous avons tous convenu de nous en tenir à la règle et nous poursuivrons une stratégie de consolidation qui ne nuise pas à la croissance, toute souplesse en la matière ne devant pas déroger à la règle, évidemment."

Dijsselbloem a également déclaré que l'Eurogroupe était d'avis qu'il fallait accompagner la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) d'un programme économique mêlant politique budgétaire, investissement et réformes structurelles.

"Nous poursuivrons les travaux sur ce 'policy mix' dans les mois qui viennent", a-t-il dit.

Les ministres des Finances ont convenu que le crédit pratiquement gratuit de la banque centrale ne pouvait à lui seul résoudre les problèmes structurels des économies de la zone euro, lesquels devaient susciter des réformes entreprises dans le temps et réclamant du courage politique.

(Jan Strupczewski, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le vendredi 12 sept 2014 à 16:10

    En 2017 la france annoncera qu'il faudra reporter à 2020 du fait de circonstances exceptionnelles et imprévues:)

  • olive84 le vendredi 12 sept 2014 à 16:09

    mais on s en moque des deficits, ttes les banques centrales à tour de bras

  • mlemonn4 le vendredi 12 sept 2014 à 15:42

    A part faire de la réunionnite, ils font quoi tous ces cols blancs qui discutent de notre sort; attendez, on arrive, on va bientôt s'occuper du vôtre!

Partenaires Taux