L'euro sous pression et suspendu à la BCE

le
0
L'EURO SUSPENDU AUX ANNONCES DE LA BCE JEUDI
L'EURO SUSPENDU AUX ANNONCES DE LA BCE JEUDI

par Sumanta Dey

BANGALORE (Reuters) - Les perspectives d'évolution de l'euro sont fonction de ce qu'annoncera la Banque centrale européenne jeudi mais tout porte à croire que la monnaie unique européenne restera sous pression face au dollar, selon une enquête Reuters publiée mercredi.

Les plus de 60 analystes interrogés à l'approche de la réunion cruciale de la BCE s'attendent à voir la monnaie unique s'échanger à 1,24 dollar d'ici la fin du mois, avant de refluer à 1,22 à un horizon de six mois à un an.

A un horizon de 12 mois, c'est le consensus le plus faible depuis deux ans dans les enquêtes "Forex" de Reuters, le point bas précédent remontant à une époque où la Grèce obtenait le premier de ses deux plans de sauvetage internationaux.

Bizarrement, 26 sur 33 analystes qui ont répondu à une question additionnelle ont dit ne pas s'attendre à ce que la BCE annonce jeudi un programme de rachat de dette souveraine, alors qu'ils étaient une imposante majorité dans l'enquête d'août. Cela témoigne des incertitudes quant aux intentions exactes de la BCE à l'occasion de sa réunion de rentrée.

"La réunion monétaire de jeudi donnera vraiment le ton pour l'euro en septembre", déclare Jane Foley, chez Rabobank.

"A l'échéance d'un mois, on ne peut écarter un nouvel accès de faiblesse qui résulterait soit d'une annonce décevante de la BCE, soit de nouvelles tensions sur le marché de la dette, probablement en provenance de l'Espagne".

La monnaie européenne a franchi lundi et mercredi le cap de 1,26 dollar, pas loin d'un plus haut de huit semaines face au dollar, dans l'espoir que Mario Draghi, le président de la BCE, annonce un plan massif de rachat d'obligations pour apaiser les tensions sur le marché de la dette.

"Draghi sera capable d'apporter un peu de clarté", juge Nick Mannion, analyste changes chez RBS.

"Nous pensons que ce sera un programme stérilisé, sans plafonnement pour les rendements, mais que la BCE ne sortira pas forcément le bazooka."

La moitié des analystes interrogés prévoient en sus une baisse de taux de 25 points de base, à 0,50%, alors que cette possibilité était largement écartée dans une enquête Reuters réalisée la semaine dernière.

Les indicateurs économiques ont, il est vrai, marqué entre-temps une nouvelle détérioration: les enquêtes auprès des directeurs d'achat publiées mercredi laissent craindre que la zone euro ne retombe en récession au cours du troisième trimestre.

Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant