L'euro se stabilise face à un dollar toujours renforcé

le
0

L'euro se stabilisait mardi face à un dollar revigoré depuis, l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, par la perspective d'une politique de relance budgétaire.

Vers 14H15 GMT (15H15 à Paris), l'euro valait 1,0733 dollar contre 1,0738 dollar lundi vers 22H00 GMT. L'euro était tombé lundi à 1,0709 dollar, au plus bas depuis début décembre 2015.

La monnaie européenne montait face à la monnaie nippone, à 116,78 yens - atteignant même vers 09H30 GMT 116,94 yens, son niveau le plus fort depuis fin juillet - contre 116,49 yens lundi soir.

Le dollar repartait à la hausse face au yen, à 108,80 yens - grimpant même vers 14H10 GMT à 108,91 yens, son niveau le plus fort depuis début juin - contre 108,48 yens la veille.

Depuis l'élection de Donald Trump, l'attention portée sur la politique budgétaire américaine s'est accrue et la possibilité d'un large plan de relance a fait progresser les rendements obligataires sur le marché secondaire, ce qui a rendu la monnaie américaine plus rémunératrice et donc plus attractive pour les cambistes. Ceux-ci ont ainsi fait passer au second plan les propositions protectionnistes du président élu.

Selon des analystes, l'absence de panique durable sur les marchés financiers a renforcé la perspective d'une hausse des taux de la Réserve fédérale (Fed) le mois prochain, ce qui devrait continuer à soutenir le dollar.

En effet, une hausse des taux d'intérêt américains rendrait le dollar plus attractif pour des investisseurs qui cherchent à effectuer des achats à bon compte avant un resserrement monétaire.

De plus, le marché obligataire a donné ces derniers jours une impulsion haussière au dollar, les rendements des obligations américaines à 10 ans ayant grimpé sur fond de craintes d'une hausse des dépenses publiques, a commenté Simon Smith, analyste chez FxPro.

Mardi, ces rendements baissaient un peu, comme le billet vert, dans un marché reprenant son souffle.

Pour Simon Smith, "le fait que les raisons (derrière les mouvements sur les marchés) ne sont pas toujours très claires met en lumière à quel point les incertitudes sur la politique de la prochaine administration américaine provoquent" des remous sur les marchés.

Plusieurs hauts responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed) devaient s'exprimer cette semaine, avec comme point culminant la première intervention depuis l'élection de la présidente de la Banque centrale, Janet Yellen, devant le Congrès jeudi.

De son côté, la banque centrale chinoise (PBOC) a fixé mardi à 6,8495 yuans pour un dollar, en baisse de 0,30% par rapport à la veille et au plus bas depuis septembre 2008, le taux pivot autour duquel le yuan est autorisé à fluctuer face au dollar (dans une fourchette de 2%).

La monnaie chinoise subit fortement le renforcement du dollar après l'élection de Donald Trump mais elle reste également sous très forte pression en raison de colossales fuites de capitaux hors du pays.

Vers 14H15 GMT, la livre britannique baissait face à la monnaie européenne, à 86,46 pence pour un euro, ainsi que face au billet vert, à 1,2415 dollar pour une livre.

Le franc suisse baissait face à l'euro, à 1,0747 franc pour un euro, comme face au billet vert, à 1,0012 franc pour un dollar, atteignant même vers 14H05 GMT 1,0019 franc, son niveau le plus faible en huit mois.

La devise chinoise repartait à la baisse face au dollar, à 6,8680 yuans pour un dollar contre 6,8600 yuans lundi à 15H20 GMT, son niveau le plus faible en fin d'échanges depuis décembre 2008.

L'once d'or a fini à 1.228,90 dollars au fixing du matin, contre 1.213,60 dollars lundi soir.

-------------------------------

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant