L'euro se stabilise après la victoire de Syriza aux législatives grecques

le
6
L'euro se stabilise après la victoire de Syriza aux législatives grecques
L'euro se stabilise après la victoire de Syriza aux législatives grecques

Ce lundi matin, les bourses asiatiques sont toutes en retrait dans l'attente de réponses aux questions que pose la victoire électorale du parti anti-austérité Syriza d'Alexis Tsipras, qui a emporté quasiment la majorité absolue au parlement grec.

Les marchés semblent attendre, ce lundi, la réunion des ministres des finances de l'Union européenne et les premières annonces du nouveau gouvernement grec d'Alexis Tsipras dont la volonté est de renégocier l'énorme dette grecque - 320 milliards d'euros.

Si à l'ouverture des places financières, l'euro a chuté net à son plus bas niveau historique, il s'est ensuite stabilisé et s'est légèrement redressé en fin de matinée aux alentours de 1,1241 dollar. A Tokyo, la monnaie européenne s'est affichée brièvement à 1,1098 dollar à 8h50 (0h50 à Paris), son plus faible cours depuis septembre 2003.

Ces derniers jours, l'euro oscillait entre 1,1102$ au plus bas et 1,1651$ au plus haut.

De la même manière, si à l'ouverture de la bourse de Paris, ce lundi, le CAC 40 qui regroupe les quarante plus grandes valeurs françaises était orienté à la baisse de 0,45 %, celui-ci s'est aussi stabilié aux alentours de 4 649 points en fin de matinée. En Europe, les principales places sont aussi orientées à la hausse. En Allemagne, le DAX gagne 0,63%, en Belgique, la bourse engrange une hausse de 0,88%, l'Espagne 0,33%...

 

Alexis Tsipras est devenu dimanche le premier dirigeant européen élu sur le rejet explicite des politiques d'austérité imposées par l'UE à ses membres après la crise, alimentant sur les marchés les craintes d'une sortie de la zone euro.

Les Grecs ont donné une victoire historique à Syriza, en espérant tourner la page des politiques austères dictées au pays par la Banque centrale européenne, l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) depuis quatre ans, en échange de 240 milliards d'euros de prêts pour sauver le pays de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le lundi 26 jan 2015 à 13:04

    Après Sziria, prochaine étape, la faillite du système bancaire italien dont Renzi est en train d'imaginer de créer une Bad Bank pour camoufler les centaines de milliards qui trainent sans valeur au passif du bilan des banques.

  • pierry5 le lundi 26 jan 2015 à 13:02

    Les spéculateurs sont en train de digérer les énormes bénéfices faits au détriment de l'Euro ces derniers jours. C'est le calme avant la tempête sauf pour le FS qui continue à grimper solidement.

  • frk987 le lundi 26 jan 2015 à 11:09

    Ah les QE quand on est pas les US, c'est un vrai piège à ..., les matières premières se payent en $ , trop simple pour super Mario...pour une zone qui ne produit plus RIEN ??????

  • wotan1 le lundi 26 jan 2015 à 09:52

    totale désinformation car l'euro monte !!

  • ccondem1 le lundi 26 jan 2015 à 09:43

    ??? Et où est passée la baisse "liée à la Grèce" : eurus = 1,1240 à cette heure (+0,33%) !

  • pascalcs le lundi 26 jan 2015 à 08:41

    Encore de l’information biaisée, la comm des faussaires dans toute sa splendeur. On y est habitué me direz-vous. L’Euro plonge à cause de la décision absurde de la BCE de faire un QE qui ne servira à rien et certainement pas en raison de la Grèce.