L'euro gagne un peu de terrain face à un dollar qui reste fort

le
0

L'euro gagnait un peu de terrain face au dollar vendredi, dans un marché sans grand volume au lendemain d'un jour férié aux États-Unis, mais peinait tout de même à se reprendre face à un billet vert toujours soutenu par la perspective d'une hausse des taux d'intérêt en décembre.

Vers 10H00 GMT (11H00 à Paris), l'euro valait 1,0596 dollar contre 1,0553 dollar jeudi vers 22H00 GMT. La monnaie unique européenne est tombée jeudi brièvement à 1,0518 dollar, au plus bas depuis mi-mars 2015, date à laquelle elle avait atteint son niveau le plus faible depuis début janvier 2003.

L'euro montait face à la monnaie nippone, à 119,84 yens - atteignant même vers 03H45 GMT 120,16 yens, son niveau le plus fort en cinq mois - contre 119,61 yens jeudi.

Le dollar repartait en petite baisse face à la devise japonaise, à 113,09 yens - après être monté vers 01H01 GMT à 113,90 yens, un sommet depuis mi-mars - contre 113,34 yens la veille.

"Le pont traditionnel entre Thanksgiving (jour férié jeudi aux États-Unis) et le weekend est là, ce qui devrait maintenir les volumes à un niveau faible et garder les fourchettes d'échanges dans des marges étroites, si tout se passe bien", commentait Simon Smith, analyste chez FxPro.

Le dollar reprenait ainsi son souffle après avoir fortement grimpé depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, un mouvement qui a porté jeudi le "Dollar index", un indice mesurant la valeur du billet vert face à un panier de six autres grandes devises mondiales, à 102,05, son niveau le plus fort depuis mars 2003.

Le billet vert restait tout de même soutenu par la perspective de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) relever ses taux d'intérêt.

Une hausse des taux américains rendrait le dollar plus rémunérateur et donc plus attractif pour les investisseurs.

À l'inverse, "les craintes grandissantes d'un ralentissement de la croissance en Europe auxquelles s'ajoutent des incertitudes politiques persistantes ont rendu l'euro très vulnérable", notait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Et l'euro reste à la merci de fortes baisses alors que les investisseurs parient sur une extension des mesures de soutien monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) en décembre, expliquait l'analyste.

L'institution de Francfort met notamment en avant la vulnérabilité toujours "importante" des banques de la zone euro, qu'elle explique par des facteurs structurels, à savoir le volume élevé de créances douteuses qu'elles détiennent encore dans leurs coffres ou leurs coûts d'exploitation élevés.

"Le mélange de faiblesse de l'euro et d'une résurgence du dollar pourrait bien faire en sorte que l'euro tombe à parité avec le dollar à moyen ou long terme", prévenait M. Otunuga.

Vers 10H00 GMT, la livre britannique baissait un peu face à la monnaie européenne, à 84,99 pence pour un euro, après avoir atteint jeudi 84,60 pence, son niveau le plus fort depuis mi-septembre. La livre montait légèrement face au dollar, à 1,2466 dollar pour une livre.

La devise suisse perdait un peu de terrain face à l'euro, à 1,0739 franc pour un euro, mais se reprenait légèrement face au billet vert, à 1,0134 franc pour un dollar, après avoir atteint jeudi 1,0192 franc, son niveau le plus faible depuis début février.

La devise chinoise tentait de se reprendre face au dollar, à 6,9195 yuans pour un dollar contre 6,9219 yuans jeudi à 15H00 GMT - son nouveau niveau le plus faible en fin d'échanges depuis juin 2008.

L'once d'or valait 1.187,94 dollars, contre 1.186,10 dollars jeudi soir. Le cours de l'once de métal jaune est tombé vendredi vers 01H01 GMT à 1.171,06 dollars, un nouveau plus bas en près de dix mois.

----------------------------------

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant