L'euro baissera contre dollar

le
0
DR
DR
Alors qu'il caracole à des sommets historiques à terme et qu'il était annoncé comme le grand perdant de la réunion de la Banque centrale européenne du 5 juin, l'euro a seulement glissé de 1,38 à 1,36 dollar. On a le sentiment depuis un an que l'euro ne répond plus, en particulier à l'évolution négative du différentiel de taux d'intérêt.   L'enjeu n'est pas mince ni pour les actions, ni pour la croissance. La baisse de l'euro faciliterait, comme ce fut le cas pour la qualification à Maastricht en 1997, la mise en oeuvre de réformes structurelles, sans sacrifier la rigueur budgétaire (à 93 % du Produit intérieur brut, la dette publique ne nous laisse pas le choix).   Il ne faut pas désespérer, car les moteurs de la résistance de l'euro devraient s'essouffler au second semestre voire s'inverser, à savoir l'attractivité des actifs européens, le dégonflement du bilan de la Banque centrale européenne et le différentiel de conjoncture. Dernière chose : après avoir monté de conserve, le CAC 40 et l'euro pourraient aussi baisser ensemble victimes du rapatriement des capitaux américains !   (lerevenu.com) - L'euro aurait dû déjà baisser eu égard au différentiel de taux   Déjouant tous les manuels d'économie depuis un an (depuis l'annonce par le président de la Fed, Ben Bernanke, d'une sortie du « Quantitative Easing »), l'euro a non seulement ignoré l'évolution négative du différentiel

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant