L'euro baisse un peu face au dollar, sans vraie tendance

le
0

L'euro baissait légèrement mardi face au dollar, les deux devises passant la séance à hésiter l'une face à l'autre dans un marché des changes toujours dominé par la force du billet vert.

Vers 19H00 GMT (20H00 à Paris), l'euro valait 1,0614 dollar, contre 1,0629 dollar lundi vers 22H00 GMT.

La devise européenne montait un peu face à la monnaie nippone, à 118,05 yens - après avoir atteint 118,06 yens, au plus haut depuis quatre mois - contre 117,76 yens lundi soir.

Le dollar avançait légèrement face à la devise japonaise, à 111,22 yens contre 110,93 yens lundi soir.

"L'euro s'affaiblit un peu par rapport à la veille mais reste nettement au-dessus de ses niveaux de la semaine dernière, quand il était au plus bas depuis un an face au dollar", a résumé dans une note Omer Esiner, de Commonwealth Foreign Exchange.

Depuis le week-end, le billet vert semble faire une pause après avoir flambé pendant deux semaines dans le sillage de l'élection inattendue de Donald Trump à la présidence américaine, mais il n'a pas pour autant inversé la tendance et reste à des niveaux élevés par rapport à la plupart des autres devises.

Mardi, le dollar a même semblé en mesure d'accentuer franchement sa hausse, après un bon indicateur américain sur les reventes de logements le mois dernier, mais il est finalement revenu proche de l'équilibre avec l'euro. La devise américaine s'est même brièvement orientée dans le rouge face à la monnaie européenne.

"Même si des prises de bénéfices (sur le dollar) ont permis de relancer un peu l'euro, son évolution devrait rester plombée par la perspective d'une normalisation monétaire à court terme par la Réserve fédérale" (Fed), a prévenu M. Esiner.

Non seulement les cambistes ne doutent quasiment plus que la banque centrale va enfin relever ses taux en décembre pour la première fois de l'année, ce qui donnerait un soutien au dollar, mais ils s'attendent aussi à ce que l'interventionnisme budgétaire promis par M. Trump donne du champ à la Fed pour poursuivre un resserrement régulier par la suite.

Pour le moment, "comme les volumes d'échanges devraient se réduire à partir du milieu de la semaine, beaucoup de cambistes semblent satisfaits de récupérer quelques liquidités", a noté M. Esiner.

Les marchés seront fermés mercredi au Japon, où le yen à un temps profité de la frayeur liée à un séisme proche de Fukushima avant qu'aucun dégât ne soit signalé, puis jeudi aux Etats-Unis pour Thanksgiving ("l'action de grâce").

Parmi les autres mouvements notables sur les changes, "la livre sterling subissait des prises de bénéfices après avoir bondi lundi", a écrit Joe Manimbo, de Western Union.

"La livre avait profité lundi de propos de Theresa May, la chef du gouvernement britannique, qui a semblé disposée à mener un +Brexit+ en douceur (...) plutôt qu'un scénario +dur+", a-t-il précisé.

Lors d'un discours devant le patronat, Mme May a tenté de rassurer les entrepreneurs inquiets de la sortie programmée du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), sans apporter toutefois de réponse claire sur les questions centrales du commerce et de l'immigration.

Vers 19H00 GMT, la livre britannique baissait face à la monnaie européenne, à 85,69 pence pour un euro, et face au dollar, à 1,2386 dollar pour une livre.

La devise suisse baissait un peu face à l'euro, à 1,0738 franc pour un euro, et face au billet vert, à 1,0116 franc pour un dollar, après avoir atteint 1,0134 franc, son niveau le plus faible depuis février.

La devise chinoise a terminé en hausse face au dollar, à 6,8900 yuans pour un dollar à 15H30 GMT contre 6,8928 yuans lundi à 15H10 GMT.

L'once d'or a fini à 1.212,25 dollars au fixing du soir, contre 1.214,25 dollars lundi soir.

-------------------------------

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant