L'euro baisse un peu face à un dollar toujours robuste

le
0

L'euro repartait en petite baisse face au dollar mercredi, dans un marché sans grand élan à la veille d'un jour férié aux États-Unis et avant le point d'automne sur le budget au Royaume-Uni dans la journée.

Vers 10H00 GMT (11H00 à Paris), l'euro valait 1,0615 dollar contre 1,0627 dollar mardi vers 22H00 GMT.

La devise européenne repartait également à la baisse face à la monnaie nippone, à 117,79 yens contre 118,02 yens la veille. L'euro avait atteint mardi 118,16 yens, son niveau le plus élevé en quatre mois.

Le dollar baissait un peu face à la devise japonaise, à 110,97 yens contre 111,05 yens mardi soir.

"Le dollar marque depuis le début de la semaine une pause dans le mouvement de forte hausse déclenché par l'élection de Donald Trump" à la présidence des États-Unis, observait Lee Hardman, analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.

Mais s'il manque un peu d'élan, le billet vert n'a pas pour autant inversé la tendance et reste à des niveaux élevés par rapport à la plupart des autres grandes devises mondiales.

Pour Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group, les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui seront publiées ce mercredi, "ne devraient pas déclencher beaucoup d'enthousiasme étant donné que la probabilité d'une hausse des taux d'intérêt en décembre est déjà intégrée à 100% par le marché".

Une hausse des taux de la Fed rendrait le billet vert plus rémunérateur et donc plus attractif pour les investisseurs. Mais avec la certitude grandissante d'un tel resserrement monétaire en décembre, les cambistes ont déjà pris leurs positions, limitant les nouvelles possibilités de hausse pour le dollar.

De son côté, la livre britannique était sous pression dans l'attente de la présentation par le gouvernement de son premier budget depuis le vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les investisseurs "préférant rester les bras croisés", comme le soulignaient les analystes de City Index.

A quelques heures de cette présentation, le gouvernement britannique a annoncé plusieurs gestes en faveur des ménages, dont une hausse du salaire minimum.

Le ministre des Finances Philip Hammond doit prendre la parole à la mi-journée pour dévoiler ses mesures budgétaires, afin de permettre à l'économie du pays d'affronter les incertitudes nées de la décision prise il y a cinq mois de quitter l'UE.

"Traditionnellement, (la déclaration d'automne) était l'occasion d'annoncer des révisions aux prévisions de croissance et d'endettement, mais ces derniers temps elle fait plus office de mini-budget", notait Simon Smith, analyste chez FxPro.

Pour Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, "si les prévisions économiques pour l'année prochaine mettent en lumière l'impact négatif du Brexit et dressent un tableau sinistre, la livre serait à la merci d'un nouvel épisode baissier". Mais si elles montrent des attentes d'une reprise économique plus robuste, alors la livre pourrait grimper.

Avant de subir des prises de bénéfices mardi, la livre sterling avait flambé lundi, saluant des propos de la Première ministre Theresa May qui avait tenté de rassurer les entrepreneurs inquiets des conséquences du Brexit dont les détails restent flous.

Vers 10H00 GMT, la livre britannique baissait face à la monnaie européenne, à 85,78 pence pour un euro, et face au dollar, à 1,2373 dollar pour une livre.

La devise suisse montait un peu face à l'euro, à 1,0736 franc pour un euro, et se stabilisait face au billet vert, à 1,0113 franc pour un dollar.

La devise chinoise baissait face au dollar, à 6,8975 yuans pour un dollar contre 6,8900 yuans la veille à 15H30 GMT.

L'once d'or valait 1.212,39 dollars, contre 1.212,25 dollars mardi soir.

------------------------------------------

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant