L'euro baisse face à un dollar soutenu par Donald Trump

le
1

L'euro baissait lundi face à un dollar revigoré, les cambistes se trouvant rassurés par le fait que le président-élu américain Donald Trump semble depuis sa victoire revenir sur ses promesses de campagne les plus radicales.

Vers 14H00 GMT (15H00 à Paris), l'euro valait 1,0774 dollar - tombant même vers 08H55 GMT à 1,0728 dollar, son niveau le plus faible depuis début janvier - contre 1,0859 dollar vendredi vers 22H00 GMT.

La monnaie européenne montait face à la monnaie nippone, à 116,14 yens contre 115,84 yens vendredi soir.

Le dollar aussi gagnait du terrain face au yen, à 107,80 yens - grimpant même vers 11H10 GMT à 108,16 yens, au plus haut depuis début juin - contre 106,67 yens vendredi.

Après un bref plongeon dans les premières heures suivant l'élection américaine entre mardi et mercredi dernier, le dollar a monté pendant tout le reste de la semaine, les cambistes semblant désormais privilégier les ambitions de M. Trump en matière d'investissements, plutôt que les inquiétudes liées à son discours protectionniste.

"Les investisseurs ont décidé de ne pas perdre de temps et ont été prompts à ajuster leurs positions en fonction des promesses de M. Trump sur les dépenses budgétaires, les baisses d'impôts, les liens commerciaux et la diminution de la régulation", notait Hussein Sayed, analyste chez FXTM.

De plus, "le président-élu Trump est déjà revenu sur un certain nombre de mesures qu'il voulait mettre en place, en disant notamment qu'il ne révoquerait pas dans son ensemble la réforme de l'assurance-maladie de Barack Obama (Obamacare)", observait James Hughes, analyste chez GKFX.

"L'influence apaisante de la personnalité de M. Trump depuis son élection ne doit pas être sous-estimée: son discours de victoire a été le catalyseur initial pour la reprise des marchés et un entretien télévisé (diffusé au cours du weekend) a également montré un Donald Trump calme, réfléchi et posé n'ayant rien à voir" avec son comportement pendant toute la campagne, expliquait M. Hughes.

Dans ce contexte, la probabilité de voir la Réserve fédérale américaine (Fed) relever ses taux d'intérêt en décembre était de nouveau très élevée, ce qui soutenait le dollar.

En effet, une hausse des taux rend le billet vert plus rémunérateur et donc plus attractif pour les investisseurs qui cherchent ainsi à effectuer des achats à bon compte avant une telle action.

Immédiatement après l'élection de M. Trump, les cambistes avaient brièvement envisagé que la banque centrale renonce à resserrer sa politique le mois prochain face aux incertitudes créées par la situation.

Mais, désormais, les marchés pensent qu'une hausse des taux est "presque une affaire conclue", notait Lee Hardman, analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.

Si pour l'analyste la prudence restait tout de même de mise, "il serait surprenant de voir la Fed repousser une hausse de taux sans choc négatif" sur les marchés.

En quête d'indices sur les positions de la Fed et les perspectives pour les taux, les cambistes seront attentifs jeudi à une audition de la présidente de l'institution par le Congrès américain.

Vers 14H00 GMT, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie européenne, à 86,13 pence pour un euro, et baissait face au billet vert, à 1,2509 dollar pour une livre.

Le franc suisse repartait à la baisse face à l'euro, à 1,0746 franc pour un euro - après avoir atteint vers 08H25 GMT 1,0687 franc, son niveau le plus fort depuis le 24 juin - et accentuait son repli face au billet vert, à 0,9975 franc pour un dollar.

La devise chinoise baissait nettement face au dollar, à 6,8458 yuans pour un dollar, évoluant à des niveaux de faiblesse en cours d'échanges plus vus depuis début 2009, contre 6,8120 yuans vendredi à 15H30 GMT, son niveau le plus faible en fin d'échanges depuis mi-juin 2010.

L'once d'or a fini à 1.222,60 dollars au fixing du matin - après être tombée vers 05H25 GMT à 1.212,80 dollars, son niveau le plus faible depuis début juin - contre 1.236,45 dollars vendredi soir.

----------------------------------

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 3 semaines

    Donald est vite rattrapé par le réalisme du pouvoir, il va aller (ses électeurs compris) de déconvenues en déconvenues !!!! On ne rase pas gratuit !!!!