L'euro baisse face à un dollar soutenu par de bons indicateurs américains

le
0

La baisse de l'euro s'accentuait mercredi face à un dollar porté par l'annonce d'un bond inattendu des commandes de biens durables aux États-Unis en octobre dans un marché sans grand élan à la veille d'un jour férié aux États-Unis, tandis que la livre britannique hésitait à accrocher un cap pendant le point d'automne sur le budget au Royaume-Uni.

Vers 14H10 GMT (15H10 à Paris), l'euro valait 1,0541 dollar, un nouveau plus bas en près d'un an, contre 1,0627 dollar mardi vers 22H00 GMT.

La devise européenne repartait à la hausse face à la monnaie nippone, à 118,53 yens -son niveau le plus élevé en cinq mois- contre 118,02 yens la veille.

Le dollar aussi repartait nettement à la hausse face à la devise japonaise, à 112,39 yens - un sommet depuis fin mars - contre 111,05 yens mardi soir.

Les commandes de biens durables aux États-Unis ont fait un bond inattendu en octobre surtout grâce au secteur des transports, présentant une hausse de 4,8%, contre 1,1% attendu, et sont ainsi en territoire positif pour le quatrième mois d'affilée, selon des données publiées mercredi.

Cette hausse bien plus marquée que prévu donnait un coup de pouce au dollar et confortait les cambistes dans leurs attentes d'un relèvement des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) le mois prochain.

Une hausse des taux de la Fed rendrait le billet vert plus rémunérateur et donc plus attractif pour les investisseurs.

Pour Ipek Ozkardeskaya, analyste chez London Capital Group, les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui seront publiées ce mercredi, "ne devraient pas déclencher beaucoup d'enthousiasme étant donné que la probabilité d'un relèvement des taux directeurs en décembre est déjà intégrée à 100% par le marché".

De son côté, la livre britannique cherchait une direction alors que le ministre des Finances Philip Hammond a dévoilé mercredi devant le Parlement ses mesures budgétaires, afin de permettre à l'économie du pays d'affronter les incertitudes nées de la décision prise il y a cinq mois par les Britanniques de quitter l'Union européenne (UE).

En légère baisse au début de la déclaration d'automne, la livre effaçait ses pertes face à l'euro après des annonces du ministre notamment sur la mise en place d'un fonds ayant pour but d'accroître la productivité ainsi que sur des dépenses d'infrastructure, notaient des analystes.

Mais après avoir tenté de se stabiliser face au dollar, la livre baissait face à un billet vert porté par les bonnes données américaines.

De plus, pour Jake Trask, analyste chez UKForex, "les investisseurs ont été déçus par les mesures de stimulus", notamment sur les dépenses d'infrastructure, visant à limiter un éventuel ralentissement post-Brexit.

Avant de subir des prises de bénéfices mardi, la livre sterling avait flambé lundi, saluant des propos de la Première ministre Theresa May qui avait tenté de rassurer les entrepreneurs inquiets des conséquences du Brexit dont les détails restent flous.

Vers 14H10 GMT, la livre britannique repartait à la hausse face à la monnaie européenne, à 85,19 pence pour un euro, mais baissait face au dollar, à 1,2379 dollar pour une livre.

La devise suisse montait un peu face à l'euro, à 1,0722 franc pour un euro, mais baissait face au billet vert, à 1,0170 franc pour un dollar, son niveau le plus faible depuis début février.

La devise chinoise baissait fortement face au dollar, à 6,9072 yuans pour un dollar contre 6,8900 yuans la veille à 15H30 GMT.

L'once d'or a fini à 1.213,25 dollars au fixing du matin - avant de tomber vers 13H25 GMT à 1.188,70 dollars, son niveau le plus faible en neuf mois et demi - contre 1.212,25 dollars mardi soir.

------------------------------------------

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant