L'euro au plus bas face au dollar depuis 2005

le
5

L'euro continue de perdre de sa valeur face à la devise américaine.
L'euro continue de perdre de sa valeur face à la devise américaine.

Lundi 5 janvier, l'euro s'échangeait sous les 1,20 dollars, au plus bas depuis décembre 2005. La monnaie poursuit ainsi sa tendance baissière débutée il y a six mois sur fond de divergence de politique monétaire entre les Etats-Unis et l'Europe.

L'euro bat en ce début d'année un record de faiblesse face au dollar depuis neuf ans. Actuellement échangé contre 1,19 dollars, l'euro pourrait même bientôt battre un record de plus de onze ans en passant sous les 1,17 dollars pour 1 euro.

Même en 2010 et en 2012, alors que la monnaie unique suscitait la défiance à cause de la crise des dettes européennes, la barre des 1,20 dollars pour 1 euro n'avait pas été franchie. La raison de la baisse actuelle est toutefois très différente des exemples précédents, et tient cette fois à la politique des banques centrales.

Une baisse annoncée de longue date

En septembre dernier, Goldman Sachs publiait déjà ses perspectives selon lesquelles l'euro s'échangerait contre environ 1,15 dollars en 2015. Au moment de l'annonce, l'euro s'échangeait encore contre 1,30 dollars environ.

Goldman Sachs prévoyait par ailleurs une parité équitable de 1 dollar pour 1 euro à l'horizon 2017. Force est de reconnaître que l'établissement américain semble sur la bonne voie pour que ses prévisions se réalisent. À noter que de nombreux autres analystes et gérants prévoyaient également une baisse de l'euro, mais dans des proportions toutefois plus mesurées.

Divergence de politique monétaire

Cela fait déjà plusieurs mois que l'on répète qu'une baisse de l'euro est logique du fait des politiques monétaires très différentes menées par la BCE en Europe et par la Fed aux Etats-Unis.

Côté européen, l'heure est à la relance monétaire. La BCE, préoccupée par le risque déflationniste, s'est lancée dans un large plan de « quantitative easing » (assouplissement quantitatif), qui correspond à de l'injection monétaire dans le circuit économique. Or, en laissant filer la « planche à billets », le phénomène pèse sur la valeur de la monnaie unique qui se dévalue. Cela est toutefois un avantage pour l'économie européenne : l'euro faible permet, entre autres, de favoriser les exportations des entreprises.

À l'inverse, la forte croissance américaine a amené Janet Yellen, présidente de la Fed, à réduire progressivement le précédent plan de « quantitative easing » américain. Le relèvement progressif des taux directeurs est quant à lui attendu vers la mi-2015. Ainsi, le dollar reste stable et se raffermit même légèrement du fait de l'attrait que suscite de nouveau la devise américaine. La parité euro-dollar évolue donc en conséquence.

 X.B.

 

L'euro a dépassé son plus bas de juin 2010 et se retrouve ainsi à son niveau de fin 2005.
L'euro a dépassé son plus bas de juin 2010 et se retrouve ainsi à son niveau de fin 2005.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abacchia le lundi 5 jan 2015 à 15:53

    Je dois bien admettre que Mr HOLLANDE bénéficie d'une conjonction économique inespérée avec la baisse de l'Euro face au dollar, en même temps qu'une baisse drastique du baril de pétrole, en même temps qu'un très faible taux à 10 ans, et en même temps qu'une probable injection de liquidités par la BCE dans le système. Et pourtant, avec tout ça, je ne vois toujours pas de résultat arriver, sauf celui d'un plus grand encaissement des impôts et de l'URSSAF, entre autres ! Ceci expliquerait il cela ?

  • yxlpkall le lundi 5 jan 2015 à 15:50

    dégage les pays de l'est ainsi que l'Espagne et l'Italie , on s'en sort mieux

  • ccoudra2 le lundi 5 jan 2015 à 15:43

    on pleurait parce que l'euro était fort il y a un an, et aujourd'hui on va pleurer parce que l'euro baisse....

  • sense78 le lundi 5 jan 2015 à 15:34

    Euro au plus bas depuis 2005, pétrole au plus bas depuis 2009 : quelles excuses vont trouver nos gouvernants pour ne pas traduire ces circonstances aussi inespérées qu'exceptionnelles en une croissance permettant de rétablir la balance commerciale, réduire de manière drastique (et pas en trompe-l'oeil) nos déficits et remettre notre pays au travail ?

  • miez1804 le lundi 5 jan 2015 à 15:14

    Depuis le temps que nos cheres politichien reclame un Euro plus faible, maintenant ils n'ont plus d'excuses, mais ça n'a rien changé pour autant!