L'Euro 2016 se dessine

le
0
L'Euro 2016 se dessine
L'Euro 2016 se dessine

A l'issue de la dixième et dernière journée de la phase de poules des éliminatoires de l'Euro 2016, on connaît désormais 20 des 24 sélections qui se disputeront le titre continental l'an prochain en France. Parmi elles et en attendant l'issue des barrages, un nombre anormalement élevé de petites nouvelles, reconfiguration de la compétition oblige. Du côté des absents, la seule grosse surprise vient évidemment des Pays-Bas, décidément très europhobes ces derniers temps

  • Cinq bizuts mais deux vraies curiosités


    Depuis mardi soir et la fin de la dixième et dernière journée de la phase de poules des éliminatoires, on connaît désormais 20 des 24 équipes qui participeront au prochain Euro. Et parmi elles, cinq n'ont encore jamais participé à la compétition : la Slovaquie, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord, l'Islande et l'Albanie. Cinq c'est beaucoup mais c'était attendu avec l'élargissement du tournoi de 16 jusqu'en 2012 à 24 l'été prochain. Il n'y avait que 8 participants jusqu'à l'Euro 1992 Dans le détail, on se rend compte que trois de ces cinq petits nouveaux ne le sont pas autant que les deux autres. C'est le cas des deux sélections britanniques, qui ont déjà participé à au moins une Coupe du monde (une seule fois pour les Gallois en 58, trois fois pour les Nord-Irlandais en 58, 82 et 86). Même cas de figure pour la Slovaquie, 8e de finaliste en 2010 pour sa seule participation à un Mondial et qui a déjà connu des expériences internationales antérieures du temps de la Tchécoslovaquie.

    Au final il ne reste que deux vrais bizuts sans expérience internationale. L'Islande d'abord, au top de la hype, dont la qualification s'inscrit dans la logique, après une campagne pour le dernier Mondial qui s'était arrêtée seulement lors de barrages perdus face à la Croatie. L'Islande apporte un bon vent de fraîcheur venu de tout là-haut, au nord du continent et sera assurément une des curiosités du prochain Euro, même si la fin de la campagne de qualification a été un peu laborieuse. L'autre grosse curiosité est l'Albanie, qui a terminé deuxième du petit groupe I, derrière le Portugal mais devant le Danemark, ce qui est une belle performance. Mais la France de Didier Deschamps peut témoigner qu'il y a rien d'anormal à ce classement final de la poule, elle qui s'est inclinée face aux Albanais en juin et qui a dominé très largement une faible sélection danoise lors du dernier match amical il y a quelques jours. Pour le coup en revanche, la progression des Albanais est fulgurante, eux qui étaient habitués à finir au mieux quatrième de leur poule de qualification et le plus souvent à la dernière ou avant-dernière place. L'Albanie profite notamment de l'apport de ses binationaux nés et qui évoluent pour certains encore dans le championnat suisse.

  • Les Pays-Bas n'aiment plus…







  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant