L'étudiante lyonnaise, libérée, mais contrainte de rester en Turquie

le
0
La Franco-Turque Sevil Sevimli, qui était détenue par Ankara depuis le 10 mai pour des liens supposés avec une organisation d'extrême gauche, dénonce une procédure «bidon».

Sevil Sevimli est libre, mais ses ennuis avec la justice turque ne sont pas terminés. L'étudiante franco-turque, emprisonnée depuis mai en Turquie pour des liens supposés avec une organisation clandestine d'extrême gauche, a été libérée lundi, mettant fin à plusieurs semaines de détention. Mais la jeune femme, placée sous contrôle judiciaire, n'a pas le droit de quitter la Turquie, dans l'attente de son procès qui devrait avoir lieu le 26 septembre.

Cette sortie de prison constitue une surprise. Sevil Sevimli a retrouvé sa mère et profite de sa liberté.«Je me sens très bien, ça me fait super plaisir de pouvoir marcher dans les rues, normalement», a-t-elle confié à l'Agence France-Presse. L'étudiante se dit prête pour son procès qu'elle qualifie de «bidon». «Les questions qu'on me pose sont toujours les mêmes: "est-ce que vous êtes allée à ce concert le 1er mai?"... Les faits qu'on nous reproche sont totalement légaux et démocratiques, on n'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant