L'étude sur les OGM contestée

le
0

Commodesk - Sollicitée par le gouvernement, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rendu lundi 22 octobre son avis sur l'étude du professeur Séralini, à propos des dangers liés à la consommation de maïs NK603 et à l'utilisation du Roundup. L'institution estime que l'étude n'est pas suffisamment crédible, tout en reconnaissant l'utilité de la recherche sur ce thème.

Comme d'autres organismes avant elle, l'Anses juge que les critères de méthodologie habituellement utilisés n'ont pas été respectés. Elle estime surtout que l'étude ne permet pas d'établir un lien entre la consommation du maïs incriminé et les effets constatés (tumeurs, surmortalité). En conséquences, elle préconise de ne pas remettre en cause les évaluations précédentes.

Le 19 octobre, le Haut Conseil des biotechnologies avait rendu un avis similaire, regrettant notamment que le dispositif de l'expérience était inadapté aux objectifs de l'étude, et que les résultats étaient présentés de manière parcellaire et imprécise.

Toutefois, l'Anses reconnaît qu'il existe trop peu d'étude sur les conséquences des OGM, notamment de recherches de long terme. Elle recommande donc d'engager rapidement de nouveaux travaux sur ces questions.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant