L'éthylotest antidémarrage prouve son efficacité 

le
0
INFOGRAPHIES - À Annecy, l'appareil a fait passer le taux de récidive de 10 à 2%. Depuis 2007, l'alcool est la première cause de mortalité routière. INTERVIEW - «Le taux d'accidents liés à l'alcool stagne»

Un éthylotest antidémarrage dans sa voiture n'est vraiment pas une sinécure. Tel est l'avis de quatorze automobilistes d'Annecy (Haute-Savoie) dont le véhicule a été équipé de cet appareil dans le cadre d'un programme expérimental. Bientôt, et une fois un arrêté d'homologation publié, le recours à cet équipement va être généralisé en France. Un juge pourra en imposer l'installation (voir ci-dessous) pour sanctionner un contrevenant qui conduirait après avoir bu. Pour rouler, ce dernier devra alors montrer patte blanche: souffler dans la machine calée à un taux d'alcool autorisé très faible et prouver qu'il est «sobre». À défaut, il ne pourra démarrer.

En ce jeudi matin, ces quatorze «infractionnistes» sont rassemblés pour un stage de deux jours associé à la pose de l'équipement. Au programme : les effets de l'alcool sur la conduite. Les intervenants : une psychologue, un médecin de la Prévention routière, Charles Mercier-Guyon ou encore une respo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant