L'éternel hommage rayista à Wilfred Agbonavbare

le
0

Fin janvier, l'illustre portier nigérian du Rayo Vallecano lâchait son dernier souffle. Une mort prématurée qui a été suivie d'un vibrant hommage des supporters de Vallecas. Des aficionados qui font tout pour que Wilfred continue de vivre dans les mémoires d'un barrio qu'il représentait si bien.

Des mètres cubes de béton. S'il n'était pas un stade, l'estadio de Vallecas serait un blockhaus. D'apparence repoussante, ou tout du moins froide, l'enceinte du Rayo Vallecano se remplit de ferveur et de chaleur à chaque soir de match. Histoire de trancher face à cette grisaille, certains aficionados n'hésitent pas à s'emparer des murs pour leur offrir une vie colorée qu'ils n'ont jamais eue. Fresques et messages s'y confondent. Entre un "Odio el racismo, ama el Rayo" et un "Resistencia", un nouveau message se fait la part belle. Coincé entre la boutique officielle du club et la Puerta 1, propriété déguisée des ultras locaux, il se veut un hommage inextinguible à Wilfred Agbonavbare. "Le meilleur d'entre nous", comme aime à le nommer le peuple rayista, repose et veille sur cette si grande famille du Sud de Madrid. "Nous avons acheté tout le matériel, raconte Fernando, membre actif des Bukaneros. La direction du club n'a pas grand-chose à voir avec cet hommage. Nous souhaiterions qu'elle fasse plus " Comme par exemple renommer leur tribune du nom du portier historique du seul club de quartier de Liga.
"Une magnifique personne" face au racisme
L'histoire d'amour entre Wilfred Agbonavbare et le Rayo Vallecano prend racine en 1990. Alors en championnat nigérian, il effectue une batterie de tests dans différents clubs espagnols. L'élu se trouve à l'extrême sud de la capitale de Castille. Le Rayo, alors en seconde division, l'attrape entre ses griffes en échange d'une faible indemnité et d'un appartement dans le quartier. Sa seconde expérience européenne - il a auparavant évolué une saison durant au même échelon anglais - sonne comme le début d'une longue idylle amoureuse. D'abord contraint à l'abri de la guérite, il s'impose dans les cages rayistas. De par sa force de caractère et son talent gants aux mains, il s'affirme comme un indéboulonnable. Unique portier de couleur de sa génération en championnat, il subit fréquemment les insultes racistes des aficionados adverses. Aux "Ku Klux Klan" et "Le portier est noir, il faut lui mettre sept buts", lui répond par un sourire débordant de bonhomie et des parades qui le poussent à occuper les cages des Super Eagles au Mondial américain et à la CAN remportée la même année (1994).



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant