L'étau se resserre sur la fédération kényane d'athlétisme

le
0
Le Kenya doit participer aux JO de Rio, a plaidé le 22 février le président de la Confédération africaine d'athlétisme (CAA), Hamad Kalkaba Malboum, au cours d'une conférence de presse à Nairobi.
Le Kenya doit participer aux JO de Rio, a plaidé le 22 février le président de la Confédération africaine d'athlétisme (CAA), Hamad Kalkaba Malboum, au cours d'une conférence de presse à Nairobi.

Soupçonné de corruption pour couvrir des cas de dopage, son directeur général, Isaac Mwangi, a été suspendu, lundi.

A six mois des Jeux Olympiques de Rio − du 5 au 21 août −, l’athlétisme kényan semble s’enfoncer de plus en plus dans la crise. Soupçonné de corruption pour couvrir des cas de dopage, le directeur général de sa fédération (AK), Isaac Mwangi, a été suspendu, lundi 22 février.

Cette mesure, qui concerne toutes ses fonctions et pour une durée de six mois, a été prise par la commission d’éthique de l’instance internationale (IAAF) dans l’attente d’un examen des accusations le visant. Une décision justifiée par « l’intérêt de l’intégrité de ce sport ».

L’intéressé a été mis en cause, la semaine dernière, par deux athlètes de son pays. Ces dernières ont affirmé qu’il leur avait demandé un pot-de-vin en échange d’un allégement de leur suspension, après leurs contrôles positifs à un produit masquant interdit lors des Mondiaux de Pékin en août 2015.

Selon Francisca Koki Manunga (400 m haies) et Joyce Zakari (400 m), il avait exigé que lui soient versés 2,5 millions de shillings (environ 21 000 euros). Elles ont, selon leurs dires, refusé le marché proposé et, fin novembre 2015, la Fédération kényane les suspendait pour quatre ans. A la suite de ces accusations, M. Mwangi avait décidé de quitter son poste le temps de l’enquête.

Crainte de l’exclusion du Kenya des JO La commission d’éthique avait déjà décidé de suspendre les trois plus hauts responsables de l’athlétisme kényan − Isaiah Kiplagat, alors président de l’AK, son vice-président David Okeyo, également membre du conseil de ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant