L'État vole au secours de L'Humanité

le
0
Les députés ont voté l'effacement d'une dette de 4 millions d'euros contractée par le quotidien en 2002.

Sur proposition du gouvernement, les députés ont adopté, le 3 décembre, un amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2013 qui devrait soulager d'un grand poids ­L'Humanité. L'article additionnel proposé prévoit d'insérer dans la loi de finances que «les créances détenues sur la Société nouvelle du journal L'Humanité au titre du prêt accordé le 28 mars 2002, réaménagé en 2009 et imputé sur le compte de prêts du Trésor sont abandonnées à hauteur de 4.086.710,31 euros en capital. Les intérêts contractuels courus et échus sont également abandonnés.»

«Il s'agit d'un des trois prêts que nous avons contractés en 2001-2002 quand nous étions proches de la cessation de paiement, explique Patrick Le Hyaric, président du directoire et directeur de L'Humanité. Nous avons remboursé les deux premiers mais nous étions dans l'incapacité ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant