L'État veut diviser par deux le coût du solaire

le
0
Ce mercredi, la ministre de l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a insisté sur l'objectif de créer «un équilibre environnemental et industriel».

Après avoir décidé un moratoire jusqu'en mars sur les subventions aux projets photovoltaïques industriels, le gouvernement cherche aujourd'hui à calmer le jeu.

Ce mercredi, la ministre de l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a insisté sur l'objectif de créer «un équilibre environnemental et industriel». Le nouveau dispositif actuellement à l'étude vise à limiter le coût de développement de la filière à deux milliards par an contre 4,5 milliards d'euros pendant vingt ans en cas d'inaction, selon une estimation du ministère.

Les derniers relevés montrent que 720 mégawatts (MW) d'origine solaire sont raccordés au réseau. À comparer aux 4 100 MW de projets qui figurent dans la file d'attente, provoquant un emballement que veulent contrer les pouvoirs publics.

De leur côté, les professionnels ne désarment pas. Après avoir déposé devant le Conseil d'État un recours en annulation du moratoire, ils ont profité hier d'une audition parlementaire pour récla

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant