L'Etat veut concéder aux régions 1 milliard d'euros pour piloter la formation des chômeurs

le
1
Myriam El Khomri lors de la visite d'une agence pôle-emploi à Saint-Ouen le 24 février 2016.
Myriam El Khomri lors de la visite d'une agence pôle-emploi à Saint-Ouen le 24 février 2016.

Jusqu’ici, le gouvernement a toujours confié la responsabilité des nouveaux plans de formation à Pôle emploi.

Qui va gérer le milliard d’euros pour la formation supplémentaire des chômeurs ? La question sera tranchée, lundi 29 février, au ministère du travail. Myriam El Khomri et Clotilde Valter, secrétaire d’Etat à la formation professionnelle, ont prévu de réunir les présidents de région avec les partenaires sociaux et le président du Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle, Jean-Marie Marx. A l’ordre du jour : la mise en œuvre du plan de 500 000 formations supplémentaires pour les chômeurs, annoncé par François Hollande le 31 décembre 2015. Un plan estimé par le gouvernement à un milliard d’euros.

Reçus le 2 février, à l’Elysée et à Matignon, les présidents de région ont été satisfaits d’entendre le premier ministre et le chef de l’Etat leur annoncer qu’ils seraient chargés de piloter ce nouveau dispositif. Or, jusqu’ici, le gouvernement a toujours confié la responsabilité des nouveaux plans de formation à Pôle emploi. L’argent de l’Etat et des partenaires sociaux transitait par l’opérateur public. Ce fut le cas en 2014 pour 100 000 formations supplémentaires annoncées et 40 000 en 2015. Cette fois, « on change radicalement d’échelle et de paradigme, assure-t-on à l’Elysée. Les moyens du plan seront sous l’autorité des régions ».

Reste à mettre en œuvre les modalités pratiques. Sachant que Pôle emploi n’a pas le sentiment d’avoir failli à sa mission dans ce domaine, la réunion de lundi devait lever d’éventuels points de blocages entre...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a 12 mois

    Il faut remettre la formation dans l'entreprise, sous condition de créations de postes: par exemple, former 5 personnes sous financement de l'état pour un poste finalement créé.