L'Etat va renoncer au contournement routier de Strasbourg

le
3
L'Etat va renoncer au contournement routier de Strasbourg
L'Etat va renoncer au contournement routier de Strasbourg

PARIS (Reuters) - L'Etat va abandonner le projet de grand contournement autoroutier à l'Ouest (GCO) de Strasbourg en raison de l'opposition des élus socialistes et verts locaux, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

"L'Etat va abandonner le projet GCO pour des raisons politiques", a indiqué la source sous couvert d'anonymat.

Le projet de l'A355, représentant un budget de 750 millions d'euros environ, était défendu par l'ancien ministre des Transports, l'UMP Thierry Mariani, à qui le socialiste Frédéric Cuvillier vient de succéder.

Alain Jund, porte-parole régional d'Europe Ecologie Les Verts et adjoint au maire de Strasbourg en charge de l'urbanisme, a indiqué à Reuters que l'abandon du projet GCO faisait l'objet d'un accord total entre les Socialistes et les Ecologistes, au niveau local comme au niveau national.

"A ce jour, il n'y a pas de décision du ministère des Transports", a-t-il néanmoins ajouté. "Mais il est vrai qu'il y a une réflexion en cours. Si la décision est prise, elle le sera après les législatives."

Les élections auront lieu les 10 et 17 juin prochains.

Vinci avait été désigné en janvier attributaire pressenti pour construire cette section à péage et l'exploiter dans le cadre d'une concession de 55 ans. Le montage financier auprès des banques était en passe d'être bouclé.

Destiné à désengorger l'A35, prolongement de l'autoroute Paris-Strasbourg et qui tient lieu de périphérique de la capitale alsacienne, le tracé de 25 kilomètres traversait des terres agricoles.

Le projet, soutenu par le Conseil général et le conseil régional, tous deux dirigés par l'UMP, était vivement contesté par les Socialistes et les Verts qui gèrent conjointement la ville et la communauté urbaine de Strasbourg, et sont alliés au sein du conseil régional.

Vinci n'a pas souhaité faire de commentaire. Personne n'était disponible dans l'immédiat au ministère de l'Ecologie et au Conseil régional d'Alsace pour commenter l'information.

Gilles Guillaume et Gilbert Reihac, avec Elena Berton, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le jeudi 31 mai 2012 à 16:58

    L'intérêt général passe après l'intérêt politique de la nouvelle majorité

  • dhote le jeudi 31 mai 2012 à 16:24

    Alors il vous reste a voter pour le PS et les verts

  • frinie1 le jeudi 31 mai 2012 à 15:58

    Et voilà, comment on tue la croissance. Pour une fois qu'il y a un grand chantier avec du travail pour le BTP, les verts et le PS font capoter le projet. Bravo pour cette croissance abandonnée par idéologie ou plutot par idiotie Les strasbourgeois vont rester dans les bouchons !